Agriculture : L’Etat se mobilise auprès du monde agricole

Partager sur facebook
Partager sur facebook

La Préfète a assisté le 30 novembre à la session de la Chambre d’agriculture. À cette occasion, elle a exprimé tout le soutien de l’État au monde agricole et l’ensemble des mesures et des dispositifs mis en œuvre pour accompagner les agriculteurs du Tarn-et-Garonne. Un épisode de gel historique a frappé la quasi-totalité du territoire métropolitain au mois d’avril 2021. Face à l’ampleur des dommages, le Gouvernement a annoncé un plan d’aide spécifique à hauteur d’un milliard d’euros afin de soutenir les agriculteurs, mais plus largement aussi le secteur agricole et agro-alimentaire.

Les services de l’État se sont mobilisés pour aller évaluer les dommages dus au gel, déployer les mesures du Gouvernement et répondre aux questions du monde agricole. Les soutiens exceptionnels déployés représentent à ce jour 21 M€.

Les aides de la Politique Agricole Commune pour accompagner l’évolution de l’agriculture

En Tarn-et-Garonne, la PAC représente environ 59 M€ pour 3900 bénéficiaires.

À ce jour, 36,2 M€ ont déjà été versés aux exploitants, à titre d’acompte sur les aides. Le paiement du solde arrivera à compter du 8 décembre.

En 2021, les aides à la conversion et au maintien à l’agriculture biologique viendront soutenir 529 exploitants. La Préfète a salué la belle dynamique départementale, avec 150 exploitants en conversion ou ayant engagé de nouvelles surfaces en agriculture biologique. Le département compte ainsi plus de 22 000 ha de surfaces certifiées ou en conversion, soit plus de 11 % des surfaces agricoles du département, quand la moyenne nationale est à 9,5 % de surfaces en bio.

Suite au vote du Parlement européen qui valide les orientations pour la future PAC qui entrera en vigueur en janvier 2023, les services de l’État seront particulièrement attentifs aux travaux de préparation qui auront lieu en 2022. L’accent sera mis sur la communication et l’expérimentation des nouvelles dispositions.

Le plan France Relance pour investir dans les exploitations : 7 M€

La Préfète a noté que les dispositifs du plan France Relance ont trouvé leur public dans le Tarn-et-Garonne :

•107 exploitants bénéficieront d’un soutien pour s’équiper en matériel de protection face aux aléas du climat comme la sécheresse, le gel ou la grêle. Cela représente 1,3 M€ d’aides à venir pour sécuriser les productions et le revenu des agriculteurs.

•171 agriculteurs ont reçu pour 2,4 M€ de soutien au renouvellement des matériels pour réduire l’utilisation des intrants de synthèse (pesticides, fertilisants)

•Enfin, 39 projets d’investissement chez des agriculteurs ont été retenus pour développer la culture des protéines végétales, et ainsi réduire la dépendance aux importations. L’enveloppe est de 3,4 M€ pour cette mesure.

L’alimentation, le renouvellement des générations en agriculture

La Préfète a appuyé le travail mené par la Chambre d’agriculture pour concrétiser un projet alimentaire à l’échelle du département, et a travaillé avec les services restructurés de l’aide comme France Agrimer et la Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la Forêt (DRAAF) pour obtenir 166 000 € par le plan France Relance. Cette aide permettra notamment de poursuivre les travaux pour constituer une plate-forme destinée au regroupement de l’offre de production à destination des cantines scolaires du département.

Par ailleurs, la Préfète a rappelé l’implication active de l’Etat dans la mise en œuvre de la stratégie départementale pour la création de petites retenues d’eau, et l’optimisation de la gestion des retenues déjà existantes. Ces ouvrages doivent permettre de sécuriser les productions, et ainsi garantir le revenu des producteurs.

La modernisation des outils d’abattage

La modernisation des abattoirs est un enjeu majeur pour la filière viande. Cette modernisation permet d’améliorer la productivité et donc la rentabilité des outils industriels et la qualité sanitaire des productions, de permettre une meilleure maîtrise du bien-être animal mais aussi de meilleures conditions de travail pour les salariés. Dans ce cadre, l’État finance avec plus de 1,3 millions d’euros l’abattoir de Montauban des investissements structurants, dont 313 000 € au titre de France relance. Par ailleurs, les services de l’Etat accompagnent l’exploitant de l’abattoir de Castelsarrasin dans sa mise aux normes en matière de bientraitance animale.

Vous pouvez déposer votre article ici

Laissez-nous vos coordonnées et nous prendrons contact dans les plus brefs délais