Astronomie : On ne peut regarder le Soleil, mais on doit regarder la Lune

Partager sur facebook
Partager sur facebook

Quelle déception d’apprendre qu’il s’agit d’un morceau de terre éjecté par une colère cosmique, j’aurais tant voulu qu’elle soit autre. La lune séparée de nous par une seconde-lumière de vide fuit lentement sans espoir de quitter notre géocouronne. L’Amérique s’éloigne de nous comme la lune s’éloigne de la terre, à la vitesse de la pousse de nos ongles, aucun lien entre tout cela pourtant, superbe corrélation mais aucune causalité. La lune s’impose dans le monde d’avant les éclairages. Une lumière dans la nuit affole l’esprit d ‘Homo Sapiens, le vagabondage peut commencer.

Prendre ces légendes comme une poésie et non comme de vraies règles, soyons subtils. Ne caressons plus les croyances dans le sens du poil. On sait qu’à la fin nous n’aurons pas plus de convaincus que de chasseurs végétariens, au diable l’épouillage et vive le grattoir. Grattons donc.

Nos croyances rassurent car elles nous renvoient à nos ancêtres, à l’histoire d’avant la science, et aussi à notre vrai péché, la facilité. Ont-elles raison ? Pas besoin de savoir pour croire. Croire en des idées reçues… Nous devrions pouvoir mieux faire.

Notre vocabulaire continue de nous trahir, il nous parle de ressenti, d’observations incomplètes. Le soleil se couche, le vent tombe, la lune se lève, dans certain cas d’éclairage on la dit pleine, voire menteuse quand elle montre un D en période croissante, et un C quand elle décroît. Sa lumière impose sa présence. Quand on la « voit » elle « existe » et en creux elle n’existerait plus quand on ne la voit pas, elle se dématérialise pendant le jour ? Son effet dépend de sa présence ou de son éclairage ?

Lune pleine de quoi ? De peur ! L’astre maléfique porteur de loup garou et de sorcières. Pourtant la lune ne change jamais, son éclairage change. Verrouillée par la gravitation terrestre, elle stabilise l’axe de la terre et ralentit sa rotation. Sans elle le chao n’aurait sans doute pas permis la vie complexe actuelle et nos journées ne feraient que six heures. Le système intime terre/lune ellipse autour du soleil. Entièrement éclairée quand elle s’oppose au soleil par rapport à la terre elle prédit surtout l’ampleur des marées. Aucune influence sur aucune pousse de quoi que ce soit, et heureusement car comme l’océan, la sève monterait et descendrait deux fois par jour. Il faudrait donc cueillir les fruits pendant les minutes de l’étale haute sinon ils seraient plus maigres et la sève des arbres aussi rapide que les courants bretons, finie la quiétude au potager. La lente lutte capillaire de la sève contre la gravité terrestre constante se moque de la trop faible attraction lunaire variant 4 fois par jour. Les feuilles évaporent et complètent cette pompe.

Dans le passé lointain, la terre tournait plus vite avec une lune plus proche, donc des marées plus importantes et rapprochées, cela devait faire des jolis courants ! Les pattes pointues des crabes nous le racontent si on veut bien les écouter.

La lumière sélène impressionne mais quand on l’a vu cent fois à l’âge de 7 ans, tout doit rentrer dans l’ordre. Sauf si, comme certains aïeux, nous maintenons la crainte de la nuit et des chauves-souris. La descendance soumise au faisceau lumineux des lampes frontales ne connaîtra plus l’accoutumance des yeux, éloignant encore plus nos vies de la nature. Nous voler la nuit c’est voler la moitié de notre vie.  L’absence de soleil laisse tous les autres astres nous éclairer, pas de nuit noire et vous retrouverez votre conjoint dans les dunes. Ce guetteur de pleine lune verra les chauves-souris relayant les hirondelles dans leur chasse ancestrale aux moustiques. Dépêchez-vous pour voir ce spectacle, les années sont comptées et les futures piqûres innombrables.

Quand on sait, peut-on abandonner sa croyance ?  Peut-on cesser de croire que la lune vous perturbe alors qu’on n’a jamais prouvé son action sur les nuages, les plantes, le blanchiment du linge, le nombre de naissance, l’humeur du conjoint, du chef, du chef du chef ? En revanche les belles pleines lunes d’hiver influencent les plantes en provoquant…des gelées redoutables ! Disons plutôt que le froid intense sans vapeur d’eau d’un bel anticyclone bien propret nous éblouira du spectacle délicat de lune et d’étoiles. Le hasard la montrera pleine. D’ailleurs comment une pleine lune pourrait en même temps provoquer des gelées (anticyclone) et des tempêtes (dépression) ? Je trouve plus belle l’explication que la croyance, beaucoup plus belle même et cela ne vaut pas que pour la Lune. Enchantons les enfants en racontant le vrai.

Prendre la main de Dulcinée sous la lune éclairée sans aucune lampe, là j’y crois. Partageons le vertige des étoiles infinies sans craindre le froid, ensemble nous ne gelons jamais. Homo CO2

Nous et nos partenaires stockons et accédons à des informations non sensibles sur votre appareil, comme des cookies ou l'identifiant unique de votre appareil, et traitons vos données à caractère personnel comme votre adresse IP ou un identifiant cookie, pour des traitements de données comme l'affichage de publicités personnalisées, la mesure des préférences de nos visiteurs, etc.

Certains partenaires ne demandent pas votre consentement pour traiter vos données et s'appuient sur leur intérêt commercial légitime.

Avec nos partenaires, nous traitons les données suivantes en nous basant sur votre consentement et/ou vos intérêts légitimes: Publicités et contenu personnalisés, mesure de performance des publicités et du contenu, données d’audience et développement de produit, données de géolocalisation précises et identification par analyse du terminal"

 

Vous pouvez déposer votre article ici