Energie : La beauté des LED (Light Emitting Diode)

Partager sur facebook
Partager sur facebook

Voir la nuit au-delà du feu central :  Si depuis 40 000 ans la lampe à huile règne, les torches existent depuis plus longtemps encore. La chandelle composée de suif n’a que 5000 ans. Sa version luxueuse, la bougie, utilise de la cire et éclaire nobles et clergé depuis la fin du moyen-âge. Elle se généralise moins de 100 ans avant l’éclairage électrique.

La technologie moderne nous éclaire enfin : bonne ou mauvaise nouvelle ?

Question mal posée, il faut s’assurer avant d’embrasser une technologie du moindre impact de son utilisation en regardant le déploiement. Un avion émettant 15% de moins semble intéressant, mais quand on a trois fois plus d’avion, on multiplie par 2,5 les émissions. (2001/ 2019).

En 1879, la lampe à incandescence apporte un vrai gain de facilité par rapport à la lampe à huile, à la bougie et au réverbère a gaz. Cet éclairage nous offre une productivité monstrueuse avec une activité plus intense et plus longue. Mais son déploiement inconséquent a multiplié les dégâts en éclairant tout et trop, même le jardin, les rues et lotissements déserts. Rejeter la nuit n’augmente pas la clairvoyance. Les ampoules basse consommation (tube fluorescent) arrivent et divisent par 5 la consommation d’énergie grâce à leur rendement redoutable, mais elles vous parfument d’un spray au mercure quand elle se cassent.

Avec les LED on peut gagner partout !  Insensibles au nombre allumages, elles offrent un rendement et une durée de vie magiques. Dix fois moins d’énergie consommée et moins destructrices à produire. Le bon moment de quantifier l’éclairage en Lumens et d’utiliser le Watt en place des chevaux vapeur (cv) pour la puissance des véhicules. Evitez ces 200 ans de retard.

Mais pourquoi avoir attendu si longtemps les LED ?

Voilà donc une technologie issue d’une recherche qui comme toujours explorait autre chose. Ce n’est pas en cherchant à améliorer la bougie qu’on a découvert l’incandescence et les LED ne doivent rien à l’amélioration des ampoules. Le monde quantique remplace la physique classique. Manipuler les niveaux d’énergie des électrons pour émettre des photons, trouver les bons matériaux donnant les bons photons. L’infrarouge (1961) initie la marche des LED vers l’augmentation des fréquences de lumière, la rouge dès 1962 et vert/ jaune en suivant. Il nous manquait le bleu pour composer du blanc.  En 1990 découverte de la LED bleue récompensée en 2014 par le prix Nobel de physique tant le monde attendait cette possibilité de réduire fortement notre empreinte éclairage. A condition d’avoir remplacé toutes les ampoules et de ne pas en mettre partout… Pas gagné…

Les LED d’éclairage émettent les seules fréquences utiles (Rouge Vert Bleu) sans les indésirables infrarouges d’où les faibles pertes et le bonheur d’avoir les douilles froides. On ne cherche pas pour trouver une solution, on cherche pour comprendre. Les applications surgissent ou pas, mais toujours éloignées des intentions premières. Jouer avec les particules au CERN nous a apporté une imagerie médicale époustouflante. Des chercheurs échangent des données entre centres de recherche pour ces mêmes particules à la fin des années 80 et l’appellent ce système www. On connaît la suite…

La technologie et la recherche ne sont l ‘ennemi de personne au contraire. L’utilisation porte tous les espoirs et souvent tous les désastres, pas de règle simple. L’abondance consomme beaucoup de ressources, soyons parcimonieux.

Des guirlandes de LED jusqu’au fond des tiroirs pour améliorer le monde ? Réduction de l’empreinte globale ? Pas si on regarde les chiffres, la technologie brille d’espoir mais nos utilisations ruinent tout.  Quelle joie ce bonnet de père noël qui s’illumine et clignote (LED + puce + pile+ interrupteur) ! Quel progrès pour l’humanité ! Merci à la recherche quantique de nous libérer du bonnet éteint. Mais qui illumine sous le bonnet ? Débat délicat. Clignotons des chaussures en attendant de les connecter en 5G, ensuite nous aurons le détecteur de laçage défait en 5G aussi, une ​peur de moins. Alors vive la technologie et les LED mais qu’en faisons-nous ? Pouvons-nous tirer l’avantage d’une réduction par dix de notre empreinte d’éclairage sans tout enlaidir ?

Homo CO2

Vous pouvez déposer votre article ici

Laissez-nous vos coordonnées et nous prendrons contact dans les plus brefs délais