Loi – Proposition de loi visant à définir et protéger le patrimoine sensoriel des campagnes françaises

Partager sur facebook
Partager sur facebook

Chant du coq ou des cigales, odeur du fumier ou du crottin de cheval… Les litiges portant sur des troubles de voisinage à la campagne se multiplient. Afin de favoriser le vivre ensemble dans les territoires ruraux, la proposition de loi entend promouvoir les sons et les odeurs des campagnes françaises.

Le 21 janvier 2021, le Sénat a définitivement adopté sans modification la proposition de loi.
Le texte avait été déposé le 11 septembre 2019 par le député Pierre Morel-À-L’Huissier et plusieurs de ses collègues. L’Assemblée nationale l’avait adopté en première lecture, avec modifications, le 30 janvier 2020.

Cette courte proposition de loi, modifiée en première lecture par les députés et adoptée sans modification par les sénateurs, part du constat que les maires sont de plus en plus confrontés à des conflits de voisinage provoqués par de nouveaux habitants.

Elle introduit dans le code de l’environnement “les sons et odeurs” comme caractéristiques des espaces naturels. Ces sons et ces odeurs font désormais partie du patrimoine commun de la nation, aux côtés des paysages, de la qualité de l’air ou des êtres vivants et de la biodiversité.

Elle confie, de plus, aux services régionaux de l’inventaire du patrimoine le soin d’identifier et de qualifier l’identité culturelle des territoires ruraux, y compris leurs éléments sonores et olfactifs, pour contribuer à les valoriser. Les élus locaux pourront ainsi s’appuyer sur cette carte d’identité des territoires ruraux pour désamorcer les conflits de voisinage.

Le gouvernement devra remettre au Parlement, dans les six mois suivant la publication du texte, un rapport sur la possibilité d’introduire dans le code civil une définition des troubles anormaux de voisinage et sur l’analyse des nombreuses jurisprudences sur les conflits de voisinage, notamment au regard de l’environnement en milieu rural.

Reboisement : Rêve végétal

Du haut de ce vallon ouvert du Quercy, Olivier Dubois regardait cette vingtaine d’arpents légués par son grand-père. Une terre

Vous pouvez déposer votre article ici

Laissez-nous vos coordonnées et nous prendrons contact dans les plus brefs délais