Montauban : Colloque cyberviolences et sexisme, comprendre pour mieux prévenir

Partager sur facebook
Partager sur facebook

Ces dernières années, les jeunes publics et notamment les femmes sont confrontés à de nouvelles formes de violence, particulièrement dans le cyberespace : Internet est un terreau favorable à la production de stéréotypes genrés, générateurs de violence ponctuelles (insultes, humiliation, intimidation, mise en ligne de photos et vidéos intimes, etc.) ou de violences répétées relevant du harcèlement. Ces actes agressifs sont qualifiés de cybersexisme.

Afin de mieux appréhender ce phénomène, de s’armer pour y apporter des réponses, un colloque a été organisé pour les professionnels de tous les secteurs (sociaux, médico- sociaux, éducatifs, animation jeunesse, etc) le 2 décembre à l’Ancien Collège de Montauban en présence d’universitaires et de représentants des forces de l’ordre.

Ce colloque avait pour ambition de conforter la compréhension du phénomène, de cerner les réponses qui y sont données d’un point de vue légal et judiciaire grâce aux interventions suivantes :

• Le Cybersexisme par Mme Sigolène Couchot-schiex, Professeure en sciences de l’éducation et de la formation, Laboratoire EMA (Ecole, Mutations, Apprentissage) CY Cergy Paris Université INSPE de l’académie de Versailles.

• L’approche juridique et judiciaire du phénomène du cybersexisme et cyberharcèlement par la lieutenante-colonelle Karine Begin, commandant la Section Appui Judiciaire de la Région de Gendarmerie Occitanie.

• Les réponses locales avec les référents cybercriminalité de la direction départementale de sécurité publique en Tarn-et-Garonne : le major Gilles Rous et le brigadier Julien Baudoin et le représentant du groupement de gendarmerie de Tarn-et-Garonne : l’adjudant David Bordessoules.

En effet, les jeunes femmes sont particulièrement exposées à ses formes de violences en ligne (insultes portant spécifiquement sur l’apparence physique, rumeurs portant sur le comportement amoureux ou sexuel, etc.) et à des formes de violences nouvelles en lien avec le partage de contenus visuels (contrainte quant à l’envoi de photos intimes, diffusion des dites photos sans le consentement ou réception de photos sexuellement explicites sans en avoir envie). Parmi les 12-15 ans, 1 fille sur 5 a été insultée en ligne sur son apparence physique et 1 fille sur 6 a été confrontée à des cyberviolences à caractère sexuel, en lien avec le partage de photos ou vidéos intimes.

Vous pouvez déposer votre article ici

Laissez-nous vos coordonnées et nous prendrons contact dans les plus brefs délais