Enric IV, lo rei gascon

Le Riverain - Enric IV, lo rei gascon
Partager sur facebook
Partager sur facebook

Enric IV, lo rei gascon

Enric IV de França e de Navarra es dintrat dins l’istòria coma « lo Bon rei Enric » o « lo Bearnés ». Aqueles dos escaisses testimònian de la legenda que, plan lèu, s’apoderèt de la figura d’un rei que son astrada foguèt pas comuna. Primièr, rei de Navarra e cap del partit protestant contra la dinastia dels Valois, venguèt apuèi rei de França catolic en 1589.

Naissença d’un simbòl

Enric de Navarra es l’eiretièr d’un reialme que mena una importanta politica d’independéncia de cap a l’Espanha e a la França. Sa naissença en 1553 es aital mesa en scèna per son grand, lo rei Enric II de Labrit, coma un acte d’afirmacion de la sobeiranetat e de las especificitats de son reialme. Dins un castèl de Pau ornat per l’ocasion de las cortinas las mai ricas a las colors dels Bearn-Navarra, Joana de Labrit met al monde lo jove prince sus l’aire de « Nouste dama deu cap deu poun » (vièlha cançon bearnesa).

Vengut rei de Navarra e cap del partit protestant, Enric compren tanben, plan lèu, lo sense dels simbòls. Per bastir sa legenda, recep la contribucion dels escrivans de la renaissença literària gascona iniciada jol regne de sa maire Joana de Labrit. Lo « patriotic » Pey de Garros, compausa atal de « Poesias gasconas » que contribuïsson a crear lo mite del « bon rei Enric »… de Navarra.

Un gascon a la cort de França

Mas alara que s’entregafan catolics e protestants pendent las Guèrras de religion, son accent e sas manièras d’òme ensenhat « a la bearnesa » se van far escarnir pel Partit catolic e real. Atal nais lo personatge del « Gascon » e lo genre de la « gasconada » que persistiràn dins lo comic francés dusca tard dins lo sègle XVII. Aquel personatge del Gascon vantòrla e farfantaire respelirà a la fín del sègle XIX amb lo Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand.

L’eiretatge bearnés d’Enric IV aurà atal doas facietas del temps de sa vida. Mas sa mòrt en 1610, sobta e violenta, cambiarà los subjèctes de trufariá de la velha en simbòls d’un rei simple e pròche de son pòble. Lo motiu del Gascon s’invèrsa quand, en 1611, l’escrivan Guilhem Ader crèa l’ideal gascon amb un cap d’òbra de la literatura occitana, « Lo Gentilome Gascon ». Son eròi, Henric Gascoun, se confond amb Enric IV atal descrich coma un conquistaire flamejant, un cap de guèrra gloriós.

« Nòstre bon rei Enric »

Enric IV serà alara lo « Bon rei Enric », lo Bearnés, una figura positiva que se’n serviràn, per torn, los divèrses camps, tant reialistas coma revolucionaris o enciclopedistas…

Totun, se Enric manten de son vivent la sobeiranetat politica (los Estats de Bearn), juridica (Fors et coutumes) e mai linguistica (Enric IV s’adreiça a sos subjèctes bearneses pas qu’en occitan) de sos Estats, serà pasmens coma rei de França lo grand continuaire de la marcha cap a l’absolutisme e lo centralisme, que sa lenga unenca serà sonque la lenga istorica dels reis de França e de lor domeni, lo francés.

Henri IV, le roi gason

Henri IV de France et de Navarre est entré dans l’histoire comme « le Bon roi Henri » ou « le Béarnais», deux surnoms qui témoignent de la légende qui s’est emparée très tôt de la figure d’un roi au destin peu commun. D’abord roi de Navarre et chef du parti protestant contre la dynastie des Valois, il devient roi de France catholique en 1589.

Naissance d’un symbole

Henri de Navarre est l’héritier d’un royaume qui mène une importante politique d’indépendance vis-à-vis de l’Espagne et de la France. Sa naissance en 1553 est mise en scène par son grand-père, le roi Henri II d’Albret, comme un acte d’affirmation de la souveraineté et des spécificités de son royaume vis-à-vis de ses encombrants voisins. Dans un château de Pau paré pour l’occasion des plus riches tentures aux couleurs des Béarn-Navarre, Jeanne d’Albret met au monde le jeune prince sur l’air de « Nouste dama deu cap deu poun » (vieille chanson béarnaise).

Henri, devenu roi de Navarre et chef du parti protestant, comprend lui aussi très tôt le sens des symboles. Pour construire sa légende, il reçoit la contribution des écrivains de la renaissance littéraire gasconne initiée par sa mère Jeanne d’Albret. Le très « patriotique » Pey de Garros, compose ainsi des « Poesias gasconas » où il contribue à la création du mythe du « bon roi Henri »… de Navarre.

Un gascon à la cour de France

Mais alors que catholiques et protestants se déchirent au cours des Guerres de Religion, son accent et ses manières d’homme élevé « à la béarnaise » vont être tournés en ridicule par le Parti catholique et royal. C’est la naissance du personnage du « Gascon » et du genre de la « gasconnade », qui perdureront dans le comique français jusque tard au XVIIe siècle. Ce personnage du Gascon fanfaron et beau-parleur va même renaître à la fin du XIXe siècle avec Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand.

L’héritage béarnais d’Henri IV aura ainsi deux facettes du vivant du roi. Mais sa mort soudaine et violente en 1610 va faire des sujets de moquerie d’hier les symboles d’un roi simple et proche de son peuple. Le motif du Gascon s’inverse lorsque, en 1611, l’écrivain Guillaume Ader crée l’idéal Gascon avec un chef-d’œuvre de la littérature occitane, « Lo Gentilome Gascon ». Son héros, Henric Gascoun, se confond avec Henri IV ainsi décrit en conquérant flamboyant, glorieux chef de guerre.

« Notre bon roi Henri »

Dès lors, Henri IV sera le « Bon roi Henri », le Béarnais, une figure positive tour à tour utilisée par les différents camps, tant royalistes que révolutionnaires, encyclopédistes…

Pourtant, si Henri maintient de son vivant la souveraineté politique (les États de Béarn), juridique (Fors et coutumes) et même linguistique (Henri IV ne s’adresse à ses sujets béarnais qu’en occitan) de ses États,  le roi de France n’en sera pas moins le grand continuateur de la marche vers l’absolutisme et le centralisme, dont la langue unique ne peut être que la langue historique des rois de France et de leur domaine, le français.

Istoria – Toponimia

De qu’es amagat darrèr los noms de nòstres vilatges ? (3na partida) Lo Pin : ven del latin « pinum ». Lo pin es

Istòria >Toponimia

De qu’es amagat darrèr los noms de nòstres vilatges ? (2da partida) Espalais : podriá venir del latin-bàs « palatium » que designa un

Istòria – Toponimia

De qu’es amagat darrèr los noms de nòstres vilatges ? 1èra partida Auvilar o Lo Vilar : forma latina probabla : « altum villare »,

Le Riverain - Lo Canal de las doas Mars

Lo Canal de las doas Mars

Istòria d’un cap-d’òbra Fasiá bèl temps que l’idèa de far se rejónher las aigas de l’Ocean Atlantic e de la

Nous et nos partenaires stockons et accédons à des informations non sensibles sur votre appareil, comme des cookies ou l'identifiant unique de votre appareil, et traitons vos données à caractère personnel comme votre adresse IP ou un identifiant cookie, pour des traitements de données comme l'affichage de publicités personnalisées, la mesure des préférences de nos visiteurs, etc.

Certains partenaires ne demandent pas votre consentement pour traiter vos données et s'appuient sur leur intérêt commercial légitime.

Avec nos partenaires, nous traitons les données suivantes en nous basant sur votre consentement et/ou vos intérêts légitimes: Publicités et contenu personnalisés, mesure de performance des publicités et du contenu, données d’audience et développement de produit, données de géolocalisation précises et identification par analyse du terminal"

 

Vous pouvez déposer votre article ici