Halhas e socas de Nadau en Gasconha

Le Riverain - Halhas e socas de Nadau en Gasconha
Partager sur facebook
Partager sur facebook

Halhas e socas de Nadau en Gasconha

Demèst las festivitats nadalencas, doas practicas son tradicionalas e ritualas en Gasconha : las halhas e las socas de Nadau. Son totjorn respectadas dins d’unes parçans del Sud Gironda (Bazas, 33) e en Chalòssa (40).

La halha es cremada la nuèch del 24 de Nadal. Es un ritual de proteccion de las recòltas. Se creman de lenhièrs o de brandons (las halhas en gascon) amb de brancas secas, de palha, de fuèlhas de milh e de resina.

Existisson dos tipes de practicas. Los fuòcs caminaires : l’Ancian de l’ostal mena los brandons, seguit pel demai de la familha. L’objectiu es de far fugir los missants esperits, las mascas e de s’assegurar de bonas recòltas. Los fuòcs fixes : la comunautat tota s’arremosa a l’entorn, es un ritual collectiu. Aquela practica es atestada en Chalòssa, mas tanben en Bearn e duscas a la broa del País Basc.

Aquestas practicas son accompanhadas de cants incantatòris, coma aqueste raportat per l’Abbat Césaire Daugé : « Halha Nadau/ Halha Nadau /Lou trip au pau/ Lo trip au pau/ Lou gat ou hum/ Lo gat au hum/Pum !/ Pum ! »

Lo monde pensavan  que los 24 e 25 de decembre, las mascas e los lops garoses getavan de sòrts. D’unes cresián que darrèr lo gat s’amagavan d’esperits missants. Lo « Pum ! » es doncas una mena de contra sòrt.

Las socas

En Gasconha se parla de « la soca », « del soc », « del catsau », « del capdau »…

A partir de la velhada de Nadal, se causissiá una soca bèla per metre dins la chiminèia. L’origina de la lenha es diferenta demèst los endreches, mas l’objectiu èra una combustion lenta. Que deviá téner duscas al primièr de l’an per tal de protegir la familha.

Es una practica que se retròba un pauc pertot dins los parçans occitans. Dins nòstre departament, i aviá pas d’avet dins los ostals. Çaquelà aquela tradicion de la soca de Nadal existissiá ben. A la velhada de Nadal, se metiá l’estofat a còire dins la chiminèia sus la busca. Lo monde anavan escotar la Messa de Nadal. En tornant, se manjava l’estofat. La combustion aviá de durar duscas al Cap d’an e perque pas, duscas als Reis.

Feux et souches de Noël en Gascogne

Parmi les fêtes traditionnelles de Noël, deux pratiques se sont ritualisées en Gascogne : les feux et les souches de Noël. Elles sont toujours respectées dans certains endroits du Sud de la Gironde (Bazas, notamment dans le 33) et en Chalosse (40).

Le feu est brûlé la veille de Noël, le soir du 24 décembre. C’est un rituel agraire pour protéger les récoltes. On embrase des brasiers ou des torches à l’aide de branches sèches, de paille, de feuilles de maïs et de résine.

Il existe deux pratiques. Les feux mobiles : le plus âgé de la maisonnée mène les torches, suivi par le reste de la famille. L’objectif est de faire fuir les mauvais esprits, les sorcières, et de s’assurer de bonnes récoltes. Les feux fixes : la communauté se réunit tout autour, c’est un rituel collectif. Cette pratique est attestée en Chalosse mais aussi dans le Béarn e jusqu’aux confins du Pays Basque.

Ces pratiques sont accompagnées de chants incantatoires, comme celui rapporté par l’Abbé Césaire Daugé : « Haille de Noël/ La saucisse sur le pieu/ Le chat dans la fumée/ Pam ! »

On pensait que les 24 et 25 décembre, les sorcières et les loups garous jetaient des sorts. Certains croyaient que derrière le chat se cachait le mauvais esprit. Le « Pam ! » est donc une sorte de contre-sort.

Les souches

En Gascogne, on parle de « souche » pour désigner le bois déposé dans la cheminée la veille de Noël. L’origine du bois est variable selon les régions, le principal étant sa capacité de combustion lente. Car la bûche devait tenir au moins jusqu’au premier de l’An. Ainsi, la famille était protégée pour la nouvelle année.

C’est une pratique que l’on trouve un peu partout dans les régions occitanes. Dans notre département, il n’y avait pas de sapin dans les maisons. Cependant, cette tradition de la souche de Noël existait bien. La veille de Noël, on faisait cuire à l’étouffée dans la cheminée et sur la bûche. On partait à la Messe de Minuit et on mangeait au retour la préparation. La combustion de la souche devait durer au moins jusqu’au jour de l’An, si ce n’est jusqu’à l’Epiphanie.

Nous et nos partenaires stockons et accédons à des informations non sensibles sur votre appareil, comme des cookies ou l'identifiant unique de votre appareil, et traitons vos données à caractère personnel comme votre adresse IP ou un identifiant cookie, pour des traitements de données comme l'affichage de publicités personnalisées, la mesure des préférences de nos visiteurs, etc.

Certains partenaires ne demandent pas votre consentement pour traiter vos données et s'appuient sur leur intérêt commercial légitime.

Avec nos partenaires, nous traitons les données suivantes en nous basant sur votre consentement et/ou vos intérêts légitimes: Publicités et contenu personnalisés, mesure de performance des publicités et du contenu, données d’audience et développement de produit, données de géolocalisation précises et identification par analyse du terminal"

 

Vous pouvez déposer votre article ici