Istoria – Toponimia

Partager sur facebook
Partager sur facebook

De qu’es amagat darrèr los noms de nòstres vilatges ? (3na partida)

Lo Pin : ven del latin « pinum ». Lo pin es un arbre que se vei de luènh, alavètz plan sovent, a donat son nom al luòc.

Malausa : dins aqueste vilatge se trobavan un espital e una leprosariá. Un ipotèsi  remanda a una origina que podriá venir de « malautiá », o « malauziá».

Mansonvila : ven d’un antroponim germanic « Manzo » e de « villa » ja vist amb Auvilar e Godorvila. Pòt voler dire « domèni rural de Manzo ».

Mèrles : pòt venir del gallés e designa auna tèrra umida, plan sovent asagada.

Montjòi : a l’origina, lo nom sembla de designar una pichona construccion bastida sus una nautor e que servissiá de repèri. Quand lo vilatge venguèt una bastida, los copistas an latinisat lo nom per tal de valorisar la vila : un mont que pòrta de jòia.

Totes aquestes elements son d’ipotèsis manlevats de l’obratge de P. Burgan e A. Lafon « Diccionari etimologic del Tarn-e-Garona ».

Pèrvila : l’origina es pas segura. Un ipotèsi prepausa la construccion de « vila » que ven  del latin « villa ». Lo començament del nom podriá èsser la marca d’un nom de persona.

Pomavic : ven de « pomarium », lo pomièr e de « vicum », lo vilatge. Eiritatges de l’epòca gallo-romana.

Sent-Antòni deu Pont d’Arratz : los Antonins (de religioses) se son installats aquí. Dempuèi lor espital, susvelhavan lo molin e lo pont d’Arratz ont passavan los pelegrins.

Sent-Clar : del latin « sanctum », « clarum », lo sant famós. Omenatge a un sant vengut en Aquitània per portar la bona paraula e martirisat a Lectora.

Sent-Cirici : omenatge al martíri Cyricus que veniá de Cilicia (Tarsa).

Sent-Lop : nom d’un Sent Lupus. A la revolucion, per perdre la referéncia religiosa, Sent-Lop foguèt apelat « Bouque d’Arratz », la boca d’Arratz, ribièra que passa al pè del vilatge.

Sent-Miquèu : referéncia a l’arcàngel Mickaël. A la revolucion, foguèt apelat Ayrous-Camuson, nom dels dos rius que ne fan la limita a l’èst e a l’oèst.

Sent-Paul-dels-Pins : referéncia a l’apòstol Sent-Pau. Lo pin es un arbre bèl, plan sovent utilisat en toponimia per designar un luòc.

Sent-Vincens-Lespinassa : Sent-Vincens es un Sent plan conegut. Lespinassa es un nom de persona que ven de l’adjectiu « espinós ».

Sistèls : del latin cistellum, es vengut Sistèth en gascon. Podriá designar un luòc cobèrt de canavèra, ont fabricam de banastas de canavèra.

Valença d’Agenés : l’origina ven del nom del fondator de la vila Guilhèm de Valença, de son vertadièr nom Guilhèm de Lusinhan, nascut dins lo luòc-dit de Valença. De segur, lo prestigi del nom de la vila espanhòla Valencia a jogat son ròtle dins la causida del nom de la bastida. Valença es estat estacat a sa region : l’Agenés, puèi a sa capitala : Agen.

Qu’est-ce qui est caché derrière les noms de nos villages ? 3ème partie

Le Pin : vient de « pinum ». Le pin est un arbre qui se voit de loin, alors bien souvent, il a donné son nom au lieu.

Malause : dans ce village se trouvaient un hôpital et une léproserie. Une hypothèse renvoie à une origine qui pourrait venir du mot maladie.

Mansonville : vient d’un anthroponyme germanique « Manso » et de « villa » déjà vu dans les noms d’Auvillar et de Goudourville. Cela pouvait signifier le domaine rural de Manso.

Merles : peut venir du gaulois et désigne une terre humide et bien souvent irriguée.

Montjoi : à l’origine le terme semble désigner une construction bâtie sur les hauteurs et qui servait de repère. Quand le village est devenu une bastide, les copistes ont latinisé le nom afin de valoriser la ville : le mont qui apporte la joie.

Perville : l’origine est incertaine. Une hypothèse propose la construction de « ville » qui vient du latin « villa ». Le début du nom pourrait être la marque d’un nom de personne.

Pommevic : vient de « pomarium », le pommier et de « vicum », le village. Héritages de l’époque gallo-romaine.

Saint-Antoine du Pont d’Arratz : les Antonins (des religieux) se sont installés là. Depuis leur hôpital, ils surveillaient le moulin et le pont d’Arratz où passaient les pèlerins.

Saint Clair : du latin « sanctum », « clarum », le célèbre saint. Hommage à un Saint envoyé pour évangéliser l’Aquitaine et martyrisé à Lectoure.

Saint-Cirice : hommage au martyr Cyricus qui venait de Cilicie (Tarse).

Saint-Loup : nom d’un Saint-Lupus. A la révolution, pour éviter la référence religieuse, Saint-Loup a été rebaptisé « Bouque d’Arratz », la bouche de l’Arratz, rivière qui passe aux pieds du village.

Saint-Michel : référence à l’archange Michaël. A la révolution, le village fut appelé Ayrous-Camuson, le nom des deux ruisseaux qui délimitent la commune à l’est et à l’ouest.

Saint-Paul d’Espis : référence à l’apôtre Saint-Paul. Le pin est un grand arbre, bien souvent utilisé en toponymie pour désigner un lieu.

Saint-Vincent Lespinasse : Saint-Vincent est bien connu. Lespinasse est un nom de personne qui provient de l’adjectif « épineux ».

Sistels : du latin « Cistellum », c’est devenu « Sistèth » en gascon. Cela pourrait désigner un lieu couvert de roseaux, où l’on fabrique des corbeilles de roseaux.

Valence d’Agen : l’origine vient du nom de son fondateur : Guillaume de Valence, de son vrai nom, Guillaume de Lusignan, né au lieu-dit Valence. Bien sûr le prestige de la ville espagnole Valencia a joué un rôle dans le choix du nom de la bastide. Valence a été rattaché à sa région : l’Agenais, puis à sa capitale : Agen.

Tous ces éléments sont des hypothèses tirées de l’ouvrage de P. Burgan et de A. Lafon « Dictionnaire étymologique du Tarn-et-Garonne ».

Istòria >Toponimia

De qu’es amagat darrèr los noms de nòstres vilatges ? (2da partida) Espalais : podriá venir del latin-bàs « palatium » que designa un

Istòria – Toponimia

De qu’es amagat darrèr los noms de nòstres vilatges ? 1èra partida Auvilar o Lo Vilar : forma latina probabla : « altum villare »,

Le Riverain - Lo Canal de las doas Mars

Lo Canal de las doas Mars

Istòria d’un cap-d’òbra Fasiá bèl temps que l’idèa de far se rejónher las aigas de l’Ocean Atlantic e de la

Le Riverain - Los molins d’aiga

Los molins d’aiga

Los molins d’aiga Los molins d’aiga existissián pendent l’Antiquitat ; los òmes se servissián de l’energia de l’aiga viva per far

Nous et nos partenaires stockons et accédons à des informations non sensibles sur votre appareil, comme des cookies ou l'identifiant unique de votre appareil, et traitons vos données à caractère personnel comme votre adresse IP ou un identifiant cookie, pour des traitements de données comme l'affichage de publicités personnalisées, la mesure des préférences de nos visiteurs, etc.

Certains partenaires ne demandent pas votre consentement pour traiter vos données et s'appuient sur leur intérêt commercial légitime.

Avec nos partenaires, nous traitons les données suivantes en nous basant sur votre consentement et/ou vos intérêts légitimes: Publicités et contenu personnalisés, mesure de performance des publicités et du contenu, données d’audience et développement de produit, données de géolocalisation précises et identification par analyse du terminal"

 

Vous pouvez déposer votre article ici