Jansemin, poèta gascon

Le Riverain - Jansemin, poèta gascon
Partager sur facebook
Partager sur facebook

Jansemin, poèta gascon

Jacme Boè es nascut en 1798 e mòrt en 1864 a Agen. Es estat escais nomenat Jansemin. Se disiá poèta gascon mas son parlar èra de lengadocian. Veniá d’una familha paura, lo pan mancava sovent sus la taula. Sa maire aviá la camba tòrta, son paire èra boçut. Èra estacat a son grand, nascut a Castels. A dotze ans, quitèt la siá familha per dintrar, aprèp d’unes estudis, al seminari. Foguèt mes en aprendissatge per far lo perruquièr.

Son amor per las letras e son talent coma contaire lo faguèron venir famós lèu lèu. Fasiá lo seu mestièr en contant, en disent tèxtes literaris. Lèu se maridèt e contunhèt d’inventar poesias rimadas en lengadocian.

En 1822, escriguèt una romança « Fidelitat agenesa » que venguèt famosa. En 1825, compausèt  « Lou Chalibary », poèma eroica-burlesc e puèi l’òda « Lou tres de May ». Aquesta darrièra òbra foguèt premiada en 1830 al concors de la Société des Belles-Lettres d’Agen.  Es particularament important perque los tèxtes premiats dins aqueste concors èran totjorn en francés.

En 1835, Jansemin publiquèt una primièra antologia de sos tèxtes : « Las Papilhotos ». Li foguèt demandat de legir de tèxtes dabans public a Bordèu en 1836, notadament « L’Abuglé de Castel Cullié ». Venguèt famós duscas a la capitala. Sas aparicions èran d’espectacles dabans de monde que coneissián la lenga mas que la podián pas legir. L’argent ganhat pendent aquelas representacions anavan a d’òbras de caritat.  

En 1840, Jansemin faguèt lo torn del Miègjorn. Foguèt onorat per d’escrivans coma Nodier e Sainte Beuve. Anèt tanben dins los salons literaris de París e foguèt la consecracion : foguèt  recebut per Loís Felipe que li balhèt dins lo meteis temps una pension e la Legion d’onor, en 1845.

En 1846, paresquèt « Lous dus Frays Bessous », puèi l’annada seguenta « Maltro l’Innoucento », « Lou Poeto del Puple a Moussu Renan » e « Mous Sobenis ». En 1851, foguèt premiat per l’Academia francesa e en 1856 foguèt onorat per sa vila natala.

Se’n anèt en 1864  amb una òbra màger pel sègle XIX. Ufanós de sa glòria personala, èra pas interessat per l’argent, que donava tot a las òbras de caritat. Son pas mens de dotze mila sesilhas publicas que balhèt dins lo sud de França. Es emblematic d’un moviment de renaissença de la lenga d’òc al sègle XIX ; renaissença que deviá èsser simbolisada pel Felibritge qualques annadas pus tard.

En 1870,  una estatua de bronze de Jansemin foguèt facha per Vital Gabriel Dubray . Se tròba totjorn sus la plaça Jansemin d’Agen. Lo felibre Mistral l’onorèt d’un sirvente. Fin finala, una carrièra de París e una estacion de metrò testimònian de l’òbra magistrala del grand poèta de lenga d’òc .

Jasmin, poète gascon

Jacques Boé est né en  1798 et mort en 1864 à Agen. Il est surnommé Jasmin. Il se disait poète gascon mais son parler était languedocien. Il venait d’une pauvre famille, le pain manquait souvent à table. Sa mère boitait, son père était bossu. Il était très attaché à son grand-père, né à Castels. A douze ans, il quitta sa famille pour entrer, après quelques années, au séminaire. Puis, il fut mis en apprentissage comme coiffeur.

Son amour pour les lettres et son talent comme conteur lui donnèrent du succès très rapidement. Il coiffait tout en racontant ou en récitant des textes littéraires. Bientôt, il se maria et continua à inventer des poésies rimées en languedocien.

En 1822, il écrivit une romance « Fidelitat Agenesa » qui devint célèbre. En 1825, il compausa « Lou Chalibary », poème héroïco-burlesque, puis l’ode « Lou tres de May ». Cette dernière œuvre fut primée en 1830 au concours de la Société des Belles-Lettres d’Agen. Cela est particulièrement important à l’époque parce que tous les textes qui étaient primés étaient en français.

En 1835, Jasmin publia une première anthologie de ses textes : « Papilhotos ». On lui demanda de déclamer des textes devant du public à Bordeaux en 1836, notamment « L’Abuglé de Castel Cullié». Il devint célèbre jusqu’à la capitale. Ses apparitions étaient autant de spectacles devant un public qui connaissait la langue mais ne pouvait pas la lire. L’argent récolté lors de ces représentations était reversé à des œuvres de charité.

En 1840, Jasmin fit le tour du Midi. Il fut honoré par des écrivains comme Nodier et Sainte Beuve. Il fréquenta les salons littéraire parisiens et cela fut la consécration : il fut reçu par Louis Philippe qui lui donna une pension ainsi que la Légion d’honneur en 1845.

En 1846, parut « Lous dus Frays Bessous », puis l’année suivante « Maltro l’Innoucento », « Lou Poeto del Puple a Moussu Renan » et « Mous Sobenis ». En 1851, il fut primé par l’Académie française, puis en 1856, il fut honoré par sa ville natale.

Il s’en alla en 1864, laissant derrière lui une œuvre magistrale pour le XIXe siècle. Fier de sa gloire personnelle, l’argent ne l’intéressait pas puisqu’il reversait tout aux œuvres de charité. Ce sont pas moins de douze mille séances publiques qu’il offrit dans le sud de la France. Il est emblématique d’un mouvement de renaissance de la langue d’oc au XIXe siècle… renaissance qui devait être symbolisée par le Félibrige quelques années plus tard.

En 1870, une statue en bronze de Jasmin fut produite par Vital Gabriel Dubray. Elle se trouve toujours sur la place Jasmin d’Agen. Le félibre Mistral l’honora d’un sirvente. Enfin, une rue de Paris ainsi qu’une station de métro témoignent de l’œuvre magistrale du grand poète en langue d’oc.

Istoria – Toponimia

De qu’es amagat darrèr los noms de nòstres vilatges ? (3na partida) Lo Pin : ven del latin « pinum ». Lo pin es

Istòria >Toponimia

De qu’es amagat darrèr los noms de nòstres vilatges ? (2da partida) Espalais : podriá venir del latin-bàs « palatium » que designa un

Istòria – Toponimia

De qu’es amagat darrèr los noms de nòstres vilatges ? 1èra partida Auvilar o Lo Vilar : forma latina probabla : « altum villare »,

Le Riverain - Lo Canal de las doas Mars

Lo Canal de las doas Mars

Istòria d’un cap-d’òbra Fasiá bèl temps que l’idèa de far se rejónher las aigas de l’Ocean Atlantic e de la

Nous et nos partenaires stockons et accédons à des informations non sensibles sur votre appareil, comme des cookies ou l'identifiant unique de votre appareil, et traitons vos données à caractère personnel comme votre adresse IP ou un identifiant cookie, pour des traitements de données comme l'affichage de publicités personnalisées, la mesure des préférences de nos visiteurs, etc.

Certains partenaires ne demandent pas votre consentement pour traiter vos données et s'appuient sur leur intérêt commercial légitime.

Avec nos partenaires, nous traitons les données suivantes en nous basant sur votre consentement et/ou vos intérêts légitimes: Publicités et contenu personnalisés, mesure de performance des publicités et du contenu, données d’audience et développement de produit, données de géolocalisation précises et identification par analyse du terminal"

 

Vous pouvez déposer votre article ici