L’abbadiá de Bèlapercha

Le Riverain - L’abbadiá de Bèlapercha
Partager sur facebook
Partager sur facebook

L’abbadiá de Bèlapercha

Es un ancian monastèri cistercian, bastit sus la riba d’esquèrra de Garona, sus la comuna de Còrdas. Uèi es la proprietat del Conselh Departamental de Tarn-e-Garona.

Son istòria

A l’entorn de 1130-1140, la familha Argombat bastís un monastèri pichon dins la val de la Gimona, a 9 km al sud del siti actual. En 1143, de monges mandats per San Bernat arriban de Clairvaux. Aital, l’abbadiá ven cisterciana. Un pauc pus tard, serà bastida tornamai a la broa de Garona.

Al XIIIe sègle, l’abbadiá ven una de las mai ricas del Sud de França amb la de Grandselva (Tarn-e-Garona), la de Bolbòna (Nauta-Garona) e la de Fontfreda (Auda). Son patrimòni es compausat de 8000 a 9000 ectaras de tèrras. Son agricultura s’especialisa dins las vinhas, l’elevatge de bovinas, cavals e muòlas. Desvolopa de pòrts pel comerci. Entre 1253 e 1287, fa profechar sos alentorns en creant de bastidas : uèi existisson encara Larraset, Còrdas, Donzac, Garganvilar, Angevila e  Montaïn.

Pendent la crosada contra lo catars, l’abbadiá se ten luènh del conflicte e pòrta un sosten discret al Comte de Tolosa.

La Guèrra de Cent ans e las guèrras de Religion van aflaquir l’abbadiá. Lo 7 d’octòbre de 1572, d’òmes en armas dintran e prenon possession dels bastiments. De monges son tuats, l’abbadiá es pilhada e en partida cremada. Caldrà esperar lo sègle XVII per que lo monastèri se restabligue: a l’entorn d’un trentenat de monges i demòran en 1598.

A la Revolucion, los bens del clergat venon nacionals. Los monges mudan. L’abbadiá de Bèlapercha serà enquantada. Al sègle XIX, se comptan duscas a uèit proprietaris diferents. De partidas son arroinadas e d’autras menaçadas. En 1983, lo Conselh General de Tarn-e-Garona ne fa l’acquisicion. Comença una segonda vida pels bastiments de l’abbadiá entièrament restaurada e salvada.

La restauracion

En 1993, comença la restauracion del clastre. La mitat de l’ala nòrd es bastida tornamai. Los fondaments medievals del costat de Garona son complètament restaurats de 1996-1998 duscas en 2008-2009, per tal d’assegurar l’estabilitat del bastiment. En 2001-2002, l’ostalariá e las salas de recepcion tòrnan trobar l’esplendora d’origina. Dins las meteissas annadas, lo granièr es restaurat.

Lo Musèu de las Arts de la taulejada

Una de las fonccions istoricas de l’abbadiá concernís l’accuèlh : ostalariá, salas de recepcion, cosina, refectòri, escalièr d’onor. Vaquí perqué en 1995, lo Conselh General de Tarn-e-Garona causís de ligar la preservacion del bastiment a la conservacion dins un musèu dels arts de la taulejada. L’expausicion « La table est mise » se tròba dins l’ancian granièr de l’abbadiá. Es un viatge dins lo temps de la fín de l’Edat Mejana cap al XXe sègle.

L’abbaye de Belleperche

C’est un ancien monastère cistercien, bâti sur la rive gauche de la Garonne, sur la commune de Cordes-Tolosannes. Aujourd’hui, c’est une propriété du Conseil Départemental du Tarn-et Garonne.

Son histoire

Autour de 1130-1140, la famille Argombat construit un petit monastère dans la vallée de la Gimone, à 9 km au sud de l’emplacement actuel. En 1143, des moines envoyés par Saint Bernard arrivent de Clairvaux. Ainsi, l’abbaye devient cistercienne. Un peu plus tard, elle sera déplacée sur les rives de la Garonne.

Au XIIIè siècle, l’abbaye devient une des plus riches du Sud de la France aux côtés de celle de Grandselve (Tarn et Garonne), de Boulbonne (Haute-Garonne), et de Fontfroide (Aude). Son patrimoine est composé de 8000 à 9000 hectares de terres. Son agriculture est spécialisée dans les vignes, l’élevage de bovins, de chevaux et des mules. Elle développe des ports pour le commerce. Entre 1253 et 1287, elle fait profiter la campagne environnante en participant à la création de bastides : aujourd’hui, subsistent encore Larrazet, Cordes-Tolosannes, Donzac, Garganvillar, Angeville et Montaïn.

Pendant la croisade contre les cathares, l’abbaye se tient loin du conflit mais apporte un soutien discret au Comte de Toulouse.

La Guerre de Cent ans et les guerres de Religion vont affaiblir l’abbaye. Le 7 octobre 1572, des hommes armés entrent, prennent possession des bâtiments. Des moines sont tués, l’abbaye est pillée et en partie brûlée. Il faudra attendre le XVIIe siècle pour que le monastère se rétablisse : autour d’une trentaine de moines y vivent en 1598.

A la Révolution, les biens du clergé deviennent nationaux. Les moines déménagent. L’abbaye de Belleperche sera vendue aux enchères. Au XIXe siècle, on compte jusqu’à huit propriétaires différents. Des parties sont en ruine, et d’autres sont menacées. En 1983, le Conseil Général en fait l’acquisition. Une nouvelle vie commence pour les bâtiments de l’abbaye, entièrement restaurée et sauvée.

La restauration

En 1993, commence la restauration du cloître. La moitié de l’aile nord est reconstruite. Les fondations médiévales du côté de la Garonne sont complètement restaurées de 1996-1998 jusqu’en 2008-2009, pour assurer la stabilité du bâtiment. En 2001-2002, l’hôtellerie et les salles de réception retrouvent leur éclat d’antan. Dans les mêmes années, commencent les restaurations du grenier.

Le Musée des Arts de la Table

Une des fonctions historiques de l’abbaye concerne l’accueil : hôtellerie, salles de réception, cuisine, réfectoire, escalier d’honneur. Voilà pourquoi en 1995, le Conseil Général du Tarn-et-Garonne choisit de lier la préservation du bâtiment à la conservation dans un musée des arts de la table. L’exposition « La table est mise » se trouve dans l’ancien grenier de l’abbaye. C’est un voyage dans le temps, de la fin du Moyen Âge jusqu’au XXe siècle.

Istoria – Toponimia

De qu’es amagat darrèr los noms de nòstres vilatges ? (3na partida) Lo Pin : ven del latin « pinum ». Lo pin es

Nous et nos partenaires stockons et accédons à des informations non sensibles sur votre appareil, comme des cookies ou l'identifiant unique de votre appareil, et traitons vos données à caractère personnel comme votre adresse IP ou un identifiant cookie, pour des traitements de données comme l'affichage de publicités personnalisées, la mesure des préférences de nos visiteurs, etc.

Certains partenaires ne demandent pas votre consentement pour traiter vos données et s'appuient sur leur intérêt commercial légitime.

Avec nos partenaires, nous traitons les données suivantes en nous basant sur votre consentement et/ou vos intérêts légitimes: Publicités et contenu personnalisés, mesure de performance des publicités et du contenu, données d’audience et développement de produit, données de géolocalisation précises et identification par analyse du terminal"

 

Vous pouvez déposer votre article ici