Las vòtas

Le Riverain - Las vòtas
Partager sur facebook
Partager sur facebook

Las vòtas

Dins los vilatjòts, la vòta se debanava lo dimenge. La jornada començava per las aubadas : los joves e los conscrits passavan dins las bòrdas amb de musicaires (tambor, pifre, violon). Fasián de ramelets de flors salvatjas per convidar las jovas a dansar per la fèsta. Puèi, lo monde se’n anavan a la messa. Fin finala, se recampavan sus una plaça publica o sus un caireforc per far una farandòla e qualques dansas. La jornada s’acabava per un balèti.

Los musicaires

S’acontentavan d’una carreta a l’ombra d’un casse per « jogar de rotina » o per « solfiar ».

I se jogava de tambor, de pifre, de violon, de piston, de graile e pus tard de clarineta, de saxofòn e d’acordeon. E tustavan dels esclòps.

Las dansas

Èran tradicionalas : los branles, dansas collectivas en cadena dobèrta coma lo rondèu e la farandòla o dansas tampadas coma las rondas. Al sègle XIX, qualques dansas derivadas de la contra-dansa son arribadas : lo quadrilh, la polcà, la masurcà, l’escotish, la valsa…

La fín del balèti

Lo balèti s’acabava coma començava amb una dansa collectiva : ronda o farandòla.  Demèst aquelas rondas cal citar « Las filhetas del Saula » : « Las filhetas del Saula / E las de Vilamada/ Sus la riba van dançar/ Mai d’un còp dins l’annada. / Los joves fringaires/ Quand las veson a passar/ Larideta,/ Los joves fringaires/ Las van far tornejar. »

Les fêtes de village

La fête du village se déroulait le dimanche. La journée commençait par les aubades : les jeunes et les conscrits passaient dans les fermes avec des musiciens (tambour, fifre, violon). Ils faisaient des bouquets de fleurs sauvages afin d’inviter les jeunes femmes à danser pour le bal. Puis, on allait à la messe. Enfin, les gens se rassemblaient sur une grande place ou sur un carrefour pour faire une farandole et quelques danses. La journée s’achevait sur un bal.

Les musiciens

Ils se contentaient d’une charrette sous un chêne pour jouer à l’oreille ou en connaissant le solfège. On jouait du tambour, du fifre, du violon, du piston, du hautbois et plus tard de la clarinette, du saxophone et de l’accordéon. On battait la mesure des sabots.

Les danses

Elles étaient traditionnelles : les branles, danses collectives en chaîne ouverte comme le rondeau et la farandole, ou encore des danses fermées comme les rondes. Au XIXe siècle, quelques danses dérivées de la contre-danse sont arrivées dans les bals : le quadrille, la polka, la mazurka, la scottish, la valse…

La fin du bal

Le bal s’achevait comme il commençait par une danse collective ; ronde ou farandole. Parmi les plus connues, il faut citer « Les jeunes filles du Saula / Et celle de Villemade / Sur la rive vont danser / Plus d’un jour dans l’année. / Les jeunes galants / Quand ils les voient passer / Lalalère / Les jeunes galants / Vont les faire tourner.

Vous pouvez déposer votre article ici

Laissez-nous vos coordonnées et nous prendrons contact dans les plus brefs délais