L’escòla publica rurala de 1900 a 1950

Le Riverain - L’escòla publica rurala de 1900 a 1950
Partager sur facebook
Partager sur facebook

L’escòla publica rurala de 1900 a 1950

Dins aquesta primièra partida, descobrissètz l’escòla duscas a 1950. Dins lo Rivairenc de decembre, vos presentarem l’escòla publica de 1950 a las annadas 2000.

Èra a l’encòp un luòc d’erudicion e doncas de promocion sociala, mas tanben, malurosament, un luòc  de destruccion linguistica de la lenga mairala dels enfants. Caliá ensenhar lo francés an’aquestes dròlles que parlavan « patoés ». Cal dire çaquelà que lo comportament dels institutors èra pas totjorn çò meteis rapòrt a la lenga occitana.

La lenga occitana èra lenga mairala de la màger part dels escolans : se parlava patoés dins las familhas ruralas. L’institutor, lo curat representèron per un temps los sols representants del francés. La mission de l’escòla publica venguèt d’educar los enfants a parlar francés. Los testimoniatges e los collectatges mòstran que los enfants aprenián d’ora aquela lenga segonda. Foguèt pas malaisit per eles d’aprene lo francés pr’amor de la parentat entre las doas lengas. Lor nivèl de classa èra pas mendre que lo dels enfants que sabián pas lo « patoés », al contrari. D’unes institutors aguèron quitament l’idèa d’utilisar l’ortografia de l’occitan per aprene la del francés. Exemple : la terminason en «  –at » de l’occitan correspondiá a la terminason en « -é » del francés. Aquò valiá pels acòrdis : « -ada » en occitan, fa « -ée » en francés.

D’unes regents se sentissián investits d’una mission : far doblidar l’occitan al profièit del francés. I aviá tot un sistèma de punicions organisat per que los escolans parlèsson pas patoés en classa ni mai entre eles. Aquò s’apelava lo sinhal : los qu’avián dich una frasa d’occitan o devián portar amb eles duscas al moment qu’un autre parlava. Lo darrèr de la jornada se preniá una punicion : linhas, al canton suls genolhs, umiliacions. Lo rapòrt entre las lengas e l’escòla parla d’el meteis.

Çaquelà totes los regents regetavan pas l’occitan, d’unes lor aprenián de comptinas e de cançons en lenga mairala. O coma l’avèm vist, se servissián de las coneissénças apresas en occitan e de la riquesa de la lenga per lor aprene una segonda lenga.

Aprèp la primièra Guèrra Mondiala, d’unes licèus de Provença  e de Gasconha ensenhèron l’occitan. Pendent l’Occupacion, l’Estat francés autorisèt los mèstres a ensenhar una ora aprèp la classa la lenga e la cultura occitana. Mas a la mitat del sègle, la lenga mairala èra de gaire perduda : lo transferiment de generacions en generacions èra ja destabilisat.

Per mai d’entresenhas sus aqueste sicut, anar legir : « Tarn e Garona, istòria e tradicions occitanas », Al canton.

L’école publique rurale de 1900 à 1950

Dans cette première partie, vous découvrez l’école jusqu’en 1950. Dans le Riverain de décembre, nous vous présenterons l’école publique de 1950 aux années 2000.

L’école était à la fois un lieu d’érudition et donc de promotion sociale, mais aussi, malheureusement un lieu de destruction linguistique de la langue maternelle des enfants. Il fallait enseigner le français à ces élèves parlant « patois ». Il faut dire que le comportement des instituteurs était variable dans la manière d’accueillir la langue occitane.

La langue occitane était la langue maternelle de la plupart des enfants : on parlait patois dans les familles rurales. L’instituteur et le curé ont longtemps représenté le français. La mission de l’école publique devint d’éduquer les enfants en leur apprenant le français. Les témoignages et les collectages montrent que les élèves apprenaient cette deuxième langue de bonne heure. Il ne fut pas difficile pour eux de l’apprendre grâce à la parenté latine. Leur niveau de classe n’en était pas amoindri, au contraire. Certains instituteurs eurent l’idée d’utiliser l’orthographe de l’occitan pour apprendre celle du français. Exemple : la terminaison en « -at » de l’occitan correspondait à la terminaison en « é » du français. Cela valait pour les accords : « -ada » en occitan, fait « -ée » en français.

Certains maîtres se sentaient investis d’une mission : faire oublier l’occitan au profit du français. Il y avait tout un système de punitions organisé pour que les élèves ne parlent pas patois en classe ou entre eux. Cela s’appelait le signal : ceux qui avaient parlé, le portaient jusqu’au moment où un autre parlait. Le dernier de la journée prenait une punition : des lignes, mis au coin sur les genoux, des humiliations. Le rapport entre les langues et l’école parle de lui-même.

Cependant, tous les maîtres ne rejetaient pas l’occitan, certains leur apprenaient des comptines ou des chansons. Ou, comme nous l’avons vu, se servaient des connaissances apprises en occitan et de la richesse de la langue pour leur en apprendre une seconde.

Après la première Guerre Mondiale, certains lycées de Provence et de Gascogne enseignent l’occitan. Pendant l’Occupation, l’Etat français autorisa les maîtres à enseigner une heure après la classe la langue et la culture occitane. Mais, à la moitié du siècle, la langue maternelle était presque perdue : le transfert de générations en générations était déjà déstabilisé.

Pour plus d’informations sur le sujet, lire « Tarn et Garonne, histoire et traditions occitanes », Al canton.

Istoria – Toponimia

De qu’es amagat darrèr los noms de nòstres vilatges ? (3na partida) Lo Pin : ven del latin « pinum ». Lo pin es

Nous et nos partenaires stockons et accédons à des informations non sensibles sur votre appareil, comme des cookies ou l'identifiant unique de votre appareil, et traitons vos données à caractère personnel comme votre adresse IP ou un identifiant cookie, pour des traitements de données comme l'affichage de publicités personnalisées, la mesure des préférences de nos visiteurs, etc.

Certains partenaires ne demandent pas votre consentement pour traiter vos données et s'appuient sur leur intérêt commercial légitime.

Avec nos partenaires, nous traitons les données suivantes en nous basant sur votre consentement et/ou vos intérêts légitimes: Publicités et contenu personnalisés, mesure de performance des publicités et du contenu, données d’audience et développement de produit, données de géolocalisation précises et identification par analyse du terminal"

 

Vous pouvez déposer votre article ici