L’escòla publica rurala dempuèi 1950

Le Riverain - L’escòla publica rurala dempuèi 1950
Partager sur facebook
Partager sur facebook

L’escòla publica rurala dempuèi 1950

La lei Deixonne del 11 de genièr de 1951 permet d’ensenhar las lengas e los dialectes de França. Son concernits dins un primièr temps lo basca, lo breton, lo català e l’occitan. Dins lo primièr gràs, cada regent èra autorisat de consacrar qualques oras per setmana a la lectura, a l’escritura, o a la literatura del parlar local. Ensenhament facultatiu, los collègis e los licèus pòdon organisar d’estudis dirigits. L’occitan es ensenhat dins las universitats de Tolosa, Montpelhièr e Ais de Provença.

Lo senator de Tarn e Garona, Frederic Cayrou participa a las parladissas que permeton a la Lei d’èsser adoptada. Aital disiá : « je suis content de me trouver ici, parce que je suis appelé à défendre ce que j’aime. Je suis appelé à défendre une langue qui m’est familière depuis ma plus tendre enfance, une langue pour laquelle j’ai combattu par la plume, par la parole, par les conférences, par le théâtre, pour laquelle, en un mot, j’ai combattu de toutes façons parce que c’est une langue vivante et que je ne veux pas qu’on la tue. »

D’unes defensors de la lenga occitana contunhan d’obrar per la cultura nòstra, coma lo Felibritge, o encara l’Institut d’Estudis Occitans creat en 1945.

La lei Haby de 1975 prevei la possibilitat d’un ensenhament de la lenga regionala a cada moment de l’escolaritat. La circulària Savary de 1982 autorisa la dobertura de las classas bilingüas dins l’encastre de l’Educacion Nacionala. En 1983, son doberts de pòstes de conselhèrs pedagogics, formators dels ensenhaires bilingues. En 1991, lo CAPES, concors del segond gràs prepausa una seccion « lenga còrsa » e « lenga d’òc ». En 2001, una circulària prevei l’organisacion del bilinguisme a paritat orària dins las escòlas de l’Educacion Nacionala. La lenga regionala es lenga d’ensenhament tan coma la lenga francesa. Cal esperar  2002 per que lo CRPE (concors de recrutament dels regents) pòsca èsser bilingue.

Aquetes tèxtes oficials serián pas grand causa sens monde de terrenh capables de transmetre la lenga d’òc. Primièr conselhèr pedagogic de Tarn e Garona, Jacme Serbat escais nomenat « Titus » n’es un simbòl. Dempuèi 1975 e duscas a las annadas 90, es encargat d’ensenhar l’occitan dins d’unas escòlas. Es a l’origina de l’Associacion per la Lenga e la Cultura Occitana (ALCOC). Associacion que, d’uèi encara permet lo finançament dels intervenents dins las escòlas pel desvolopament de la sensibilisacion. Jacme Serbat es mòrt dos ans i a, en daissant darrèr el, una còla de joves regents valents  que contunhan de transmetre la lenga d’òc dins lo nòstre departament.

En 1995, Felix Castan saluda la creacion de las doas primièras escòlas publicas bilingüas : a Moissac (Sant Beneset) e a Montalban (Issanchou). En 2001, es lo siti de Negrepelissa seguit pel de Montelhs dos ans pus tard (tampat en 2013). En 2004, es Verdun de Garona, puèi en 2009 : Dunas. En 2013, una segonda escòla sus Montalban, en 2014 Sant Esteve de Tulmont, en 2015 Valença d’Agenés, en 2016 una segonda escòla sus Moissac. Son dètz sitis pel primàri en Tarn e Garona.

Los collègis e licèus ont s’ensenha l’occitan : Castelsarrasin, Grisòlas, Lafrancesa, Moissac, Montalban, Negrepelissa, Caussada, Valença d’Agenés.

Per mai d’entresenhas sus aqueste sicut, anar legir : « Tarn e Garona, istòria e tradicions occitanas », Al canton.

L’école publique rurale depuis 1950

La loi Deixonne du 11 janvier 1951 permet d’enseigner les langues et dialectes de France. Sont concernés dans un premier temps le basque, le breton, le catalan et l’occitan. Dans le premier degré, chaque instituteur était autorisé à consacrer quelques heures par semaine à la lecture, l’écriture ou la littérature du parler local. Enseignement facultatif, les collèges et lycées peuvent organiser des études dirigées. L’occitan est enseigné dans les universités de Toulouse, Montpellier et Aix en Provence.

Le sénateur du Tarn et Garonne, Frédéric Cayrou participe aux discussions qui permettent à la loi Deixonne d’aboutir. Aussi disait-il : « Je suis content de me trouver ici, parce que je suis appelé à défendre ce que j’aime. Je suis appelé à défendre une langue qui m’est familière depuis ma plus tendre enfance, une langue pour laquelle j’ai combattu par la plume, par la parole, par les conférences, par le théâtre, pour laquelle, en un mot, j’ai combattu de toutes façons parce que c’est une langue vivante et que je ne veux pas qu’on la tue. »

Certains défenseurs de la langue occitane continuent d’œuvrer pour notre culture, comme le Félibrige ou encore l’Institut d’Etudes Occitanes, créé en 1945.

La loi Haby de 1975 prévoit la possibilité d’un enseignement de la langue régionale à tout moment de la scolarité. La circulaire Savary autorise l’ouverture de classes bilingues dans l’Education Nationale. En 1983, les postes de conseillers pédagogiques sont ouverts, ce sont les formateurs des maîtres des écoles bilingues. En 1991, le CAPES, concours du secondaire, propose une section « langue corse » et « langue d’oc ». En 2001, une circulaire prévoit l’organisation du bilinguisme à parité horaire dans les écoles de l’Education Nationale. La langue régionale est langue d’enseignement autant qu’en français. Il faut attendre 2002 pour que le CRPE (concours de recrutement des maîtres) puisse devenir bilingue.

Ces textes officiels ne seraient que peu de choses sans des personnalités de terrain, capables de transmettre la langue d’oc. Premier conseiller pédagogique du Tarn et Garonne, Jaques Serbat, surnommé « Titus » en est un symbole. Depuis 1975 et jusque dans les années 90, il est chargé d’enseigner l’occitan dans les écoles. Il est à l’origine de l’Association pour la Langue et la Culture Occitane (ALCOC). Association qui, aujourd’hui encore, permet le financement des intervenants dans les écoles pour le développement de la sensibilisation. Jacques Serbat est mort il y a deux ans, en laissant derrière lui, une troupe de jeunes enseignants motivés qui continuent de transmettre la langue dans notre département.

En 1995, Felix Castan se félicite de la création l’année précédente des deux premiers sites bilingues : à Moissac (Saint Benoît) et à Montauban (Issanchou). En 2001, le site de Negrepelisse ouvre, suivi par celui de Monteils (qui sera fermé en 2013). En 2004, c’est Verdun de Garonne, puis Dunes en 2009. En 2013, une seconde école sur Montauban, en 2014 Saint Etienne de Tulmont, en 2015 Valence d’Agen, et en 2016 une seconde école sur Moissac. Ce sont dix sites bilingues dans le primaire en Tarn et Garonne.

Les collèges et lycées où est enseigné l’occitan sont Castelsarrasin, Lafrançaise, Moissac, Montauban, Negrepelisse, Caussade et Valence d’Agen.

Pour plus d’informations sur le sujet, lire « Tarn et Garonne, histoire et traditions occitanes », Al canton.

Istoria – Toponimia

De qu’es amagat darrèr los noms de nòstres vilatges ? (3na partida) Lo Pin : ven del latin « pinum ». Lo pin es

Nous et nos partenaires stockons et accédons à des informations non sensibles sur votre appareil, comme des cookies ou l'identifiant unique de votre appareil, et traitons vos données à caractère personnel comme votre adresse IP ou un identifiant cookie, pour des traitements de données comme l'affichage de publicités personnalisées, la mesure des préférences de nos visiteurs, etc.

Certains partenaires ne demandent pas votre consentement pour traiter vos données et s'appuient sur leur intérêt commercial légitime.

Avec nos partenaires, nous traitons les données suivantes en nous basant sur votre consentement et/ou vos intérêts légitimes: Publicités et contenu personnalisés, mesure de performance des publicités et du contenu, données d’audience et développement de produit, données de géolocalisation précises et identification par analyse du terminal"

 

Vous pouvez déposer votre article ici