Literatura – Biografia : Marcela Delpastre

Partager sur facebook

Es una poetessa lemosina, nascuda en 1925 a Germont, comuna de Chambaret e mòrta dins la bòria familiala en 1998. D’una familha paísana, consacrèt la seuna vida a la tèrra e a la poesia. Pichona, parlava occitan amb la seuna maire e francés amb lo seu paire. Fa d’estudis literaris, puèi, una annada aprèp lo bachilierat, s’interessa a las arts decorativas. Tre 1945, se’n tòrna dins la bòria familiala. Malgrat la rudesa de la vida al campestre, pòrta totjorn un quasernet per notar d’unes mots de poesia, en francés o tan plan en occitan.

Dins las annadas 50, sos tèxtes començan d’èsser nombroses e coneguts. A mai, entreten de correspondéncias literàrias. La modernitat ven cambiar la vida vidanta al campèstre e vei morir pauc a pauc son vilatjòt. Dins las annadas 60, escriu per la revista «  Lemouzi ». Es premiada en 1968 pel concors Jaufré Rudèl de mercés lo poèma « La vinha dins l’òrt ». Comença de collectar de contes lemosins. Publica lo recuèlh « Los contes dau Pueg Gerjant » en 1970.

Es en 1974 qu’es coneguda per son recuèlh « Saumes pagans » dins la colleccion Messatges, de l’Institut d’estudis occitans. S’interessa tanben al bestiari lemosin. Entre realitat e mitologia, participa a la revista « Lo Leberaubre », contraccion del leberon e de l’aubre. Escriu per de jornals locals e occitanistes. Es pròcha de joves escrivans lemosins coma Miqueu Chapduèlh e Jan dau Melhau.

Çò mai fòrt dins sa vida, que la tenguèt duscas a viure sonque per aquò, es la poesia. La poesia, que s’i acarèt, s’i tustèt, s’emponhèt amb ela, dins un còs a còs permanent. La poesia, en occitan e en francés, coma aquò li veniá, qu’es per « la Marcela » una expression de l’èsser al monde dins una dimension cosmogonica. Per ela, lo poèta es un instrument entre las mans de la poesia, un passaire de la consciença del monde.

Sus la fin de sa vida, participarà a l’emission de television « Bouillon de Culture » de Bernard Pivot. Serà lo sol còp qu’anarà a París. La malautiá de Charcot l’emportarà dins la seuna bòria familiala en 1998.

Marcelle Delpastre

C’est une poétesse limousine, née en 1925 à Germont, commune de Chambaret et décédée dans la ferme familiale en 1998. D’une famille paysanne, elle a consacré sa vie à la terre et à la poésie. Petite, elle parlait avec sa mère en occitan et avec son père en français. Elle fait des études littéraires, puis, une année après le bac, elle s’intéresse aux arts décoratifs. Dès 1945, elle retourne à la ferme familiale. Malgré la rudesse de la vie à la campagne, elle porte toujours sur elle un petit carnet pour noter des mots de poésie en occitan ou en français.

Dans les années 50, ses textes sont plus nombreux et connus. De plus, elle entretient des correspondances littéraires. La modernité vient changer la vie quotidienne à la campagne et elle voit peu à peu mourir son petit village. Dans les années 60, elle écrit pout la revue « Lemouzi ». Elle est primée en 1968 pour le concours Jaufré Rudel grâce au poème « La vinha dins l’òrt ». Elle commence à collecter des contes limousins. Elle publie le recueil « Los contes dau Pueg Gerjant » en 1970.

C’est en 1974 qu’elle est connue pour son recueil « Saumes pagans » de la collection Messatges, de l’Institut d’études occitanes. Elle s’intéresse aussi au bestiaire limousin. Entre réalité et mythologie, elle participe à la revue « Lo Leberaubre », contraction du loup-garou et de l’arbre. Elle écrit pour des journaux locaux et occitanistes. Elle est proche de jeunes écrivains limousins comme Michel Chadeuil et de Jan dau Melhau.

Le plus important dans sa vie, et qui la tint à ne vivre que pour cela, c’est la poésie. La poésie, à qui elle s’affronta, se heurta, avec qui elle s’empoigna, dans un corps à corps permanent. La poésie, en occitan et en français, comme elle venait, qui est pour « la Marcela » une expression de l’être au monde dans une dimension cosmogonique. Car, pour elle, le poète est un instrument aux mains de la poésie, un passeur de la conscience du monde.

Sur la fin de sa vie, elle participera à l’émission de télévision « Bouillon de Culture » de Bernard Pivot. Ce sera la seule fois qu’elle ira à Paris. La maladie de Charcot l’emportera dans la ferme familiale en 1998.

Vous pouvez déposer votre article ici

Laissez-nous vos coordonnées et nous prendrons contact dans les plus brefs délais