Los campairòls en lenga nòstra

Le Riverain - Los campairòls en lenga nòstra
Partager sur facebook
Partager sur facebook

Los campairòls en lenga nòstra

Passejem-nos dins los bòsques. Aprèp la calor estivala, las matinadas frescas e umidas son favorablas a la creissença dels campairòls.

Per començar, es un plaser simple : èsser en acòrdi amb la natura, respirar la terralhada de setembre, susprene las cèrvias o los rainals que ne crosam lo camin. Se sentir solet, dins lo silenci del sotabòsc, jos una pluèja fina en quista d’un rai de solelh : la caça al campairòl es mai qu’un plaser, es un saber far poetic.

Los noms occitans balhan plan soven d’informacions sus l’endrech ont se pòdon trapar los campairòls. Es lo cas del brugairòl ( tanben apelat la cocomèla) que se pòt encontrar dins las brugas. Dins la meteissa familha, i a la brugairòla. Dins los prats, se pòt amassar lo pradelet. Al pè dels pibols, se parla de las piboladas, suls garrics o suls casses, coma voldretz, las garrigadas o las cassenadas, jols pins encontram las pinheradas, los pinherons, jols sauses, las sausenadas, las tremolas pels tremols…

Lo nom occitan es tanben, coma plan sovent, lo rebat d’una descripcion fisica : aital, l’aurelheta fa pensar a una aurelha, la penchenilha ven del mot penche en referéncia a sa forma particulara. Plan segur, la color del campairòl es marcada : es aital pel bruguet jaune, la griseta, lo bolet briquetat, lo bolet sagnós, lo rosilhon (per la color roja). Lo pallitge de la carn amb la mòrta de freg. Tot es dich amb lo darrèr : lo cap de mòrt.

E los cepets ? N’i a que dison los bolets, lo cèps, los capnegres, los capmòls, los pebrats (en referéncia al pébre). L’endrech ont se tròban los cèps, s’apèla una cepièra.

Mèfi çaquelà als bastards, las mortaulas o encara las codèrlas que son pas de bon manjar, disèm que son pas manjadisses. Val melhor verificar l’origina botanica al prèp d’un professional. Ara, coneissètz l’origina etimologica d’aqueles noms.

Les champignons en occitan

Promenons-nous dans les bois. Après la chaleur estivale, les matinées fraîches et humides sont favorables à l’arrivée des champignons.

Pour commencer, c’est un plaisir simple : être en accord avec la nature, respirer l’humus du mois de septembre, surprendre les biches ou les renards dont on croise le chemin. Se sentir seul, dans le silence du sous-bois, sous une pluie fine en quête d’un rayon de soleil : la cueillette du champignon est plus qu’un plaisir, c’est un savoir faire poétique.

Les noms occitans donnent souvent des informations sur le lieu où se trouvent les champignons. C’est le cas de la lépiote élevée (aussi appelée coulemelle) qui est cachée dans les bruyères, les fougères. Dans la même famille, on a l’agaric élevé. Dans les prés, on trouve l’agaric champêtre. Au pied des peupliers, la pholiote du peuplier, au pied des chênes (en occitan, il existe deux mots différents pour le chêne, « garric » et « casse ») la famille de l’Armillaria mellea, sous les pins, le bolet granulé, sous les saules, les champignons de la famille de l’ Agrocybe aegerita, la roussille sous les trembles.

Le nom occitan reflète, comme souvent, l’allure physique du champignon : ainsi la girolle fait penser à une oreille, le clavaire vient du mot peigne du fait de sa forme particulière. Bien sûr, le champignon est décrit pas sa couleur : ainsi le boulet bronzé, la russule charbonnière, le lactaire délicieux pour sa couleur rouge. La pâleur de la chair est notée pour la lépiote pudique (appelée la morte de froid en occitan). Tout est dit dans le dernier champignon : la vesse de loup géante (appelée tête de mort en occitan).

Et les cèpes ? Il y a plusieurs appellations : les bolets, les cèpes, ceux qui ont la tête noire, les cèpes de Bordeaux (ou cèpes à tête molle), les cèpes poivrés. Le lieu où l’on cueille des cèpes s’appelle une « cépière ».

Attention aux champignons vénéneux qu’il ne faut pas toucher. Il vaut mieux vérifier l’origine botanique auprès d’un professionnel. Désormais, vous en connaissez quelques origines étymologiques. 

Istoria – Toponimia

De qu’es amagat darrèr los noms de nòstres vilatges ? (3na partida) Lo Pin : ven del latin « pinum ». Lo pin es

Istòria >Toponimia

De qu’es amagat darrèr los noms de nòstres vilatges ? (2da partida) Espalais : podriá venir del latin-bàs « palatium » que designa un

Istòria – Toponimia

De qu’es amagat darrèr los noms de nòstres vilatges ? 1èra partida Auvilar o Lo Vilar : forma latina probabla : « altum villare »,

Le Riverain - Lo Canal de las doas Mars

Lo Canal de las doas Mars

Istòria d’un cap-d’òbra Fasiá bèl temps que l’idèa de far se rejónher las aigas de l’Ocean Atlantic e de la

Le Riverain - Los molins d’aiga

Los molins d’aiga

Los molins d’aiga Los molins d’aiga existissián pendent l’Antiquitat ; los òmes se servissián de l’energia de l’aiga viva per far

Nous et nos partenaires stockons et accédons à des informations non sensibles sur votre appareil, comme des cookies ou l'identifiant unique de votre appareil, et traitons vos données à caractère personnel comme votre adresse IP ou un identifiant cookie, pour des traitements de données comme l'affichage de publicités personnalisées, la mesure des préférences de nos visiteurs, etc.

Certains partenaires ne demandent pas votre consentement pour traiter vos données et s'appuient sur leur intérêt commercial légitime.

Avec nos partenaires, nous traitons les données suivantes en nous basant sur votre consentement et/ou vos intérêts légitimes: Publicités et contenu personnalisés, mesure de performance des publicités et du contenu, données d’audience et développement de produit, données de géolocalisation précises et identification par analyse du terminal"

 

Vous pouvez déposer votre article ici