Nadal en Provença

Le Riverain - Nadal en Provença
Partager sur facebook
Partager sur facebook

Nadal en Provença

En omenatge a la lenga provençala, aqueste mes, la vòstra cronica occitana farà parlar las remembranças d’un escrivan màger occitan : Frederic Mistral. Nascut en 1830 e mòrt en 1914, es lo fondator del felibritge, moviment de defensa de la lenga provençala. Frederic Mistral es plan conegut per son òbra màger « Mirèio » que li permetèt d’obténer lo prèmi Nobèl de literatura en 1904.

Frederic Mistral nos parla de las costumas nadalencas dins la prefaci de « Fêtes de Noël en Provence » escrich per M.J.de Kersaint-Gilly.

« La vèio de Nouvè

La majo fèsto, pèr nous-autre, èro la vèio de nouvè. Aquèu jour, de bono ouro, li bouié desjougnien. Ma maire ié dounavo, en chascun, dins uno servieto, uno bello fougasso à l’òli, uno roundello de nougat, uno jounchado de figo seco, un froumajoun, un àpi em’uno fiolo de vin kiue. E quau d’eici e quau d’eila, tout acò gratavo camin, pèr ana pausa cacho-fiò, dins sis endré, à sis oustau. Au mas noun demouravo que li pàuri marrit qu’avien ges de famiho ; e meme, de parènt, quauque vièi jouvenome, arribavon de fes, au toumba de la niue, en disènt : « Bòni fèsto ! venian pausa, cousin, cacho-fiò, mé vous-autre ».

Tóutis ensèn anavian querre, jouious, lou cacho fiò, que falié que fuguèsse, sèmpre, un aubre fruchau. L’adusian dins lou mas, tóuti arrengueira, lou plus einat d’un bout, iéu lou cago-nis de l’autre ; tres cop ié fasian faire lou tour de la cousino ; pièi, arriba davans la lar o paiasso dóu-fiò, soulennamen moun paire i escampavo dessus un vèire de vin kiue, en disènt : « Alègre ! Alègre ! Mi bèus enfant, Dièu vous alègre ! Emé Calèndo tout bèn vèn… Diéu nous fague la gràci de veire l’an que vèn, E se noun sian pas mai, que noun fuguen pas mens ! » E tòuti cridavian : « Alègre ! » E’m’acò se pausavo l’aubre sus li-cafiò, e tant-lèu resplendènto partié la regalido : « Cacho-fiò, bouto fiò ! » disié moun paire en se signant, e tóuti nous metian à taulo.

Oh ! la taulado santo, veritablamen santo, emé, tout à l’entour, la famiho coumplèto, pacifico e urouso ! En liogo dóu calèu, pendoulant de la moco, que, dins lou courrènt de l’an, menut, nous fasié lume, aquéu jour, sus la taulo, brihavon très candèlo… E lou bou, se viravo, pèr cop, devers quaucun, aco’ro una marrido marco. De chasque bout, dins un sietoun, verdoulejavo un bruei de blad que, lou jour de santo Barbo, s’èro mes greia dins l’aigo.

Sus la grand touaio blanco pareissien à-de-rèng, li plat sacramentau : li cacalausa, que chascun, em’un long clavèu nòu, tiravo dóu cruvèr, la merlusso fregido, lou muge emé d’óulivo, la cardo, li cardoun, l’ápi à la pebrado, segui d’uno sequèlo de privadié requisto, coume fougasso à l’òli, passariho, nougat, poumo de paradís ; e au-dessus de tout, pièi, lou pan calendau – que noun s’entamenavo qu’après n’avé douna religiousamen un quart au proumié paure que passavo.

La vihado, en esperant la messo de miejo-niue, èro longo aquéu jour, se ié parlavo dis ancian e se lausavo sis acioun. »

Noël en Provence

En hommage à la langue provençale, ce mois-ci, votre chronique occitane fera parler les souvenirs d’un immense écrivain occitan : Frédéric Mistral. Né en 1830 et mort en 1914, c’est le fondateur du Félibrige, mouvement pour la défense de la langue provençale. Frédéric Mistral est très connu pour son œuvre principale «  Mireille », qui lui permit d’avoir la prix Nobel de littérature, en 1904.

Frédéric Mistral nous parle des coutumes de Noël dans la préface de « Fêtes de Noël en Provence », écrit pas M.J. de Kersaint-Gilly.

« La veille de Noël

La fête principale, pour nous, c’était la veille de Noël. Ce jour-là, les bouviers défaisaient de bonne heure le joug de leurs bêtes. Ma mère donnait à chacun d’eux, dans une serviette, un beau gâteau à l’huile, une rondelle de nougat, une poignée de figues sèches, un fromage, un céleri avec une fiole de vin cuit. Et, qui d’ici, qui de là, tout ce monde prenait son chemin pour aller mettre la bûche de Noël dans son pays à sa maison.

Dans notre mas, il n’y restait que les pauvres miséreux, qui n’avaient pas de famille ; et même, des parents – quelque vieux garçon – arrivaient parfois, à la tombée de la nuit, en disant : « Bonnes fêtes ! Nous venions mettre, cousins, la bûche de Noël avec vous ! ».

Joyeux tous ensemble, nous allions chercher, le tronc d’arbre, qui, dans la règle, devait être toujours un arbre fruitier.

Nous le portions dans le mas, tous en rang, le plus âgé à un bout, moi, le dernier né, à l’autre ; nous lui faisions faire trois fois le tour de la cuisine ; puis arrivés devant la salle de l’âtre, mon père, solennellement, répandait sur le tronc, un verre de vin cuit, en disant : « Allégresse ! Allégresse ! Mes chers enfants, que Dieu vous emplisse d’allégresse ! Avec Noël tout bien vient… Que Dieu nous fasse la grâce de voir l’an prochain, Et si nous ne sommes pas plus, ne soyons pas moins ! » Et nous criions tous : « Allégresse ! ». Et ensuite, on déposait l’arbre sur les chenets et « Bûche de Noël / Embrase toi » disait mon père en se signant, et nous nous mettions tous à table.

Oh la tablée sainte, véritablement sainte, avec, tout autour, la famille complète, pacifique et heureuse ! A la place de la lampe, suspendue au roseau descendant du plafond, qui, dans le courant de l’année, frêle, nous éclairait, ce jour-là, sur la table brillaient trois chandelles… Et si le bout de la mêche se tournait par cas, du côté de quelqu’un, c’était là un mauvais signe.

A chaque extrémité de la table, dans une petite assiette, verdoyait une pampe de blé que, le jour de la sainte Barbe, on avait mis, pour le faire germer, dans l’eau.

Sur la grande nappe blanche paraissaient, à tour de rôle, les plats sacramentels : les escargots, que chacun, avec un long clou neuf tirait de la coquille, la morue frite, le muge aux olives, la carde, le chardon, le céleri à la poivrade, suivis d’une foule de friandises exquises, telles que gâteau à l’huile, raisins secs, nougat, pomme que l’on n’entamait qu’après en avoir donné, religieusement un quart au premier pauvre qui passait.

La veillée, en attendant la messe de minuit, était longue ce jour-là ; on y parlait des aïeux et on louait leurs actes. »

Istoria – Toponimia

De qu’es amagat darrèr los noms de nòstres vilatges ? (3na partida) Lo Pin : ven del latin « pinum ». Lo pin es

Istòria >Toponimia

De qu’es amagat darrèr los noms de nòstres vilatges ? (2da partida) Espalais : podriá venir del latin-bàs « palatium » que designa un

Istòria – Toponimia

De qu’es amagat darrèr los noms de nòstres vilatges ? 1èra partida Auvilar o Lo Vilar : forma latina probabla : « altum villare »,

Le Riverain - Lo Canal de las doas Mars

Lo Canal de las doas Mars

Istòria d’un cap-d’òbra Fasiá bèl temps que l’idèa de far se rejónher las aigas de l’Ocean Atlantic e de la

Nous et nos partenaires stockons et accédons à des informations non sensibles sur votre appareil, comme des cookies ou l'identifiant unique de votre appareil, et traitons vos données à caractère personnel comme votre adresse IP ou un identifiant cookie, pour des traitements de données comme l'affichage de publicités personnalisées, la mesure des préférences de nos visiteurs, etc.

Certains partenaires ne demandent pas votre consentement pour traiter vos données et s'appuient sur leur intérêt commercial légitime.

Avec nos partenaires, nous traitons les données suivantes en nous basant sur votre consentement et/ou vos intérêts légitimes: Publicités et contenu personnalisés, mesure de performance des publicités et du contenu, données d’audience et développement de produit, données de géolocalisation précises et identification par analyse du terminal"

 

Vous pouvez déposer votre article ici