Natura : L’aiga bel temps i a

Partager sur facebook
Partager sur facebook

Es plan aisit ara de trapar l’aiga dins los nòstres ostals : basta de dobrir la canèla e n’avèm ! Per beure, per manjar, per se lavar, pels comuns e quitament per l’òrt ! Mas qualques annadas i a, èra pas tant simple, caliá posar l’aiga a la font, e far de còps que i a, qualques quilomètres a pè amb de ferrats plan pesucs al retorn. Alavètz caliá pas degalhar !

Los lavadors son estats protegits dins los vilatges de la Comunautat de Comunas. Demòran un element del patrimòni que testimònia del trabalh pro dificil de las lavandièras que fasián la bugada. Era çaquelà un moment de partatge, ont caduna portava de novèlas. Dins los lavadors, s’i lavava lo linge bèl. Per las fardas mai pichonas, se podiá far a l’ostal dins un bugadièr amb d’aiga bolenta e de cendres de casse. A mai, la lana que veniá de las fedas èra lavada dins lo riu puèi refrescada dins lo lavador.

En periòde de secada, l’aiga veniá un enjòc que lo monde se disputava. La manca d’aiga dobrissiá la pòrta a totas las cresenças paganas o religiosas. S’organisavan de processions per que las sorgas sequen pas ; de còps que i a lo curat benesissiá l’aiga.

D’autres cresián que las aigas garissián de las malautias. Aital,s’anatz a la sorga miraculosa de Sant Clar, i se pòt garir dels problèmas als uèlhs. A d’autres endreches, èra per suenhar lo mal de camba o de ventre.

La lenga occitana es un testimòni de la plaça de l’aiga dins la vida dels ancians : Fontanille > fontanilha, la petite fontaine. Griffoul > grifol, la fontaine. Font freja > la fontaine fraiche. Théron > teron, la source. Caudesaygues > caudas aigas, les eaux chaudes.

Qualques dictons en rapòrt amb l’aiga : quand ploviá e que fasiá solelh se disiá qu’èran las fachilièras que fasián la bugada o encara qu’èra lo diable que penchenava sa maire.

Ara endavant, los lavadors son los testimònis muts d’aqueste passat. Trantalhetz pas de vos i passejar tot en respectant los luòcs… Qual sap ? Benlèu ausiretz encara los rires e las istòrias de las lavandièras.

Sorgas de l’article : « De peiras e d’aiga », DVD realisat per A. Bedel segon los collectatges dels ancians dels cantons de Cailutz e Sant-Antòni.

L’eau au temps jadis

Il est bien aisé aujourd’hui de trouver l’eau dans nos maisons : il suffit d’ouvrir le robinet, et nous en trouvons ! Pour boire, manger, se laver, aller aux toilettes et même pour le jardin ! Mais il y a quelques années encore, ce n’était pas si simple, il fallait puiser l’eau à la fontaine, et faire parfois quelques kilomètres à pied avec des seaux bien remplis au retour. Alors il ne fallait pas gaspiller !

Les lavoirs ont été protégés dans notre Communauté de Communes. Ils demeurent un élément du patrimoine qui témoigne du travail très difficile des lavandières que faisaient la lessive. C’était aussi un moment de partage où chacune apportait des nouvelles. Dans les lavoirs, on y lavait le gros linge. Pour les vêtements plus petits, on pouvait utiliser des cuves à la maison avec de l’eau bouillante et des cendres de chêne. De plus, la laine qui venait des brebis était lavée dans le ruisseau puis rincée dans le lavoir.

En période de sécheresse, l’eau devenait un enjeu que chacun se disputait. Le manque d’eau ouvrait la porte aux croyances religieuses et païennes. On organisait des processions pour que les sources ne s’assèchent pas ; parfois le curé bénissait l’eau.

D’autres croyaient que les eaux guérissaient des maladies. Ainsi, si vous allez à la source miraculeuse de Saint Clair, vous pourrez guérir des maladies des yeux. Par ailleurs, on pouvait guérir du mal de jambes ou des maux de ventre.

La langue occitane témoigne de la place de l’eau dans la vie d’autrefois : Fontanille > fontanilha, la petite fontaine. Griffoul > grifol, la fontaine. Font freja > la fontaine fraiche. Théron > teron, la source. Caudesaygues > caudas aigas, les eaux chaudes.

Quelques dictons en rapport avec l’eau : quand il pleuvait et faisait soleil en même temps, on disait que les sorcières faisaient la lessive ou encore que le diable peignait sa mère.

Désormais, les lavoirs sont des témoins muets de ce passé. N’hésitez pas à vous y promener tout en les respectant… Qui sait ? Peut-être entendrez-vous encore les rires et les histoires des lavandières. Sources de l’article : « De peiras e d’aiga », DVD réalisé par A. Bedel selon les collectages des anciens des cantons de Caylus et Saint-Antoine.

Nous et nos partenaires stockons et accédons à des informations non sensibles sur votre appareil, comme des cookies ou l'identifiant unique de votre appareil, et traitons vos données à caractère personnel comme votre adresse IP ou un identifiant cookie, pour des traitements de données comme l'affichage de publicités personnalisées, la mesure des préférences de nos visiteurs, etc.

Certains partenaires ne demandent pas votre consentement pour traiter vos données et s'appuient sur leur intérêt commercial légitime.

Avec nos partenaires, nous traitons les données suivantes en nous basant sur votre consentement et/ou vos intérêts légitimes: Publicités et contenu personnalisés, mesure de performance des publicités et du contenu, données d’audience et développement de produit, données de géolocalisation précises et identification par analyse du terminal"

 

Vous pouvez déposer votre article ici

Laissez-nous vos coordonnées et nous prendrons contact dans les plus brefs délais