Ornitologia : Lo parlar dels ausèls

Partager sur facebook
Partager sur facebook

Lo polit mes de mai es arribat. Lo moment d’escotar lo cant dels ausèls de l’òrt, del campèstre e del bòsc. D’una lenga a l’autra, cadun ensaja de revirar la lenga de l’auselum. Vaquí cossí se passa en lenga nòstra.

Lo cocut : « Aquò’s pro ? Aquò’s pro ? Qu’aquò’s bon ! Qu’aquò’s bon ! Carga-te z’o ! Carga-te z’o ! »

L’agaça : « Picard ! Golard ! Mal fargat ! Mal margat ! Mal forcat ! Lo can val pas lo cat ! »

Lo mèrle : Soi Miròi, lo mèrle. Mon bèc es d’aur fin que lusís, que lusís ! Soi Miròi, lo mèrle. Aquò me sufís ! Aquò me sufís !

La cigala : « Sèga, sèga, sèga, sèga ».

La tortorèla: « Tòrna-me la torta, tòrna-me la torta ». « Tòrç-i lo còl ! »

Lo pic : « Plòu, plòu, plòu ! »

Lo rei-petit : « Aquò’s ieu lo rei, lo rei-petit »

L’auriòl : « Son maduras las cerièisas ? Se n’aviái ne manjariái ! »

Lo pinçon : « Riu chiu chiu, quora serà l’estiu que farem provision ? Per l’Ascension.

Lo passerat : « Chic, chac ! N’ai ni biaça ni sac ! Ai plan plen lo papach ! Me cal digerir en patz.

Lo corbàs : « De carn, carn, carn, carn ».

La besenga : « Quinze o sètze ? La tortorèla qu’es tan bèla, ne fa qu’un o dos ! Qu’un o dos ! E ieu, paura besengòta, tota pichonòta, ne fau quinze o sètze ! Quinze o sètze ! »

L’irondèla : « Rosalí, Rosalí ! Se cal levar matin. I a pas de pèbre ? De pèbre, de pèbre ».

L’alauseta : Quand monta cap al cèl : « Al paradís, al paradís, tot lusís, tot lusís. » Quand davala tot dreit al sòl : « Tombi, tombi, tombi ! Benlèu, benlèu, benlèu ! ».

Lo rossinhòl : « I tornarai pas pus, pus, pus sus la rama de la vit ! »

Las gruas : A la davalada : « Gri gro ! Quitatz lo capelon, prenètz lo mantelon ». A la prima « Gri gro ! Quitatz lo mantelon, prenètz lo   capelon ».

Le chant des oiseaux

Le joli mois de mai est arrivé ! C’est le moment d’écouter le chant des oiseaux du jardin, de la campagne ou des bois. D’une langue à l’autre, on essaie de traduire cette langue. Voici ce que ça donne en occitan.

Le coucou : fatigué d’obéir à la cigale, il doit charger des fèves sur un tombereau. « C’est assez ! Ça suffit ! Charge-le, toi ! »

La pie :  elle se régale de faire courir les chiens : elle jacasse : « Picard ! Tocard ! Mal bâti, mal nanti, mal loti ! Le chien ne vaut pas le chat ! »

Le merle : au premier jour du printemps, il siffle : « Je suis Mir le merle et ça me suffit. J’ai un bec d’or fin qui reluit ! »

La cigale : « Moissonne, moissonne, moissonne !

La tourterelle : « Rends-moi ma tourte de pain. » « Tords-lui le cou ! »

Le pivert : « Il pleut, il pleut, il pleut ! »

Le roitelet : Les oiseaux faisant la course à celui qui pourrait voler le plus haut, le roitelet se percha sur le dos de l’aigle et s’écria : « C’est moi le roi, moi le roitelet, c’est moi le roi ! »

Le loriot : « Elles sont mûres, les cerises ? Si j’en avais, j’en mangerais ! »

Le pinson : « Quand reviendra l’été pour s’approvisionner ? Pour l’Ascension ».

Le moineau : l’été venu, nonchalant et dodu : « Tchic, tchac ! Ni besace, ni sac ! Bien replet, mon gosier ! Je dois digérer en paix ».

Le corbeau : « De la viande, de la viande, de la viande ».

La mésange : Elle fait la morale aux oiseaux calculateurs et nonchalants qui ne pondent qu’un œuf : « Quinze ou seize ! La tourterelle qui est si grosse n’en pond qu’un ou deux ! Et moi, pauvre petite mésange toute petite, j’en ponds quinze ou seize ! »

L’hirondelle : « Rosalie ! Il faut sortir de ton lit ! Il n’y a pas de poivre ? »

L’alouette : lorsqu’elle monte vers le ciel : « Au paradis tout luit ! ». Lorsqu’elle redescend tout droit vers le sol : « Je tombe ! Peut-être ! »

Le rossignol : emprisonné par les petites vrilles de la vigne : « Je n’y retournerai pas sur les rameaux de la vigne ! »

Les grues : A l’automne : « Gri ! grou ! Quittez le chapeau et prenez le manteau ! » Au printemps : « Gri ! Grou ! Quittez le manteau et prenez le chapeau ! »

Ce collectage de mimologismes d’oiseaux est issu de « Çò que dison las bèstias » de Justin Bessou. Evidemment, la traduction du sens ne fournit pas le plus important : le son, le bruitage. Pour cela, vous découvrirez avec beaucoup de plaisir la voix de Marie-Odile Dumeaux conteuse passionnante et passionnée de culture orale occitane dans le CD « Paraulas d’ausèls e d’autras bèstias ».

Photo JM Potier

Vous pouvez déposer votre article ici

Laissez-nous vos coordonnées et nous prendrons contact dans les plus brefs délais