Tradicions : Nadal provençal, L’istòria dels trètze dessèrts

Partager sur facebook
Partager sur facebook

Es en 1925 que se parla pel primièr còp dels trètze dessèrts, dins la revista La Pignato, pel felibrenc Joseph Fallen. Mas la tradicion existissiá de sègles abans. « Trètze desserts, pas mai se volètz, mas pas mens ». Uèi, d’una vila a l’autra la lista dels dessèrts es diferenta, mas i a una basa comuna : los quatre mendicants (figas, amètlas, noses, e rasims secs), lo nogat blanc e lo nogat negre, las fruchas secas, las fruchas frescas, e la pompa a l’òli. Aquesta es partejada entre lo mai vièlh e lo mai jove, copada a la man.

Dins la tradicion, los dessèrts son pausats en abondéncia sus la taula de Nadal, e i van demorar 3 jorns. Aital, los convidats podràn tastar de totes los  dessèrts.

Los mendicants

Es una referéncia als quatre òrdres religioses. Las figas sècas pels Franciscans. Los rasims sècs pels Dominicans. Las amètlas per las Carmelitas. Las noses o las avelanas pels Augustins.

Las fruchas

Son las fruchas culhidas dins los camps e gardadas dins los granièrs dempuèi lo mes de setembre. Lo rasim, lo melon d’aiga, los iranges. Las fruchas importadas : los dàtils (simbòls de l’Orient).

La pompa a l’òli

Es una còca a l’aiga de nafa. Cal aprestar un levat amb de farina, d’aiga e de levura. Puèi, i metre d’uòus, de sucre e d’òli…sens doblidar l’aiga de nafa. Daissar pausar mantunas oras e metre al fregedor. Far una bòla a la man e qualques marcas amb lo cotèl a la susfàcia. Còire al forn.

Lo nogat blanc

Amb d’amètlas, o de pinhons o de pistachas. Simbolisa los jorns agradius de l’annada a venir.

Lo nogat rotge

A la ròsa e a la pistacha.

Lo nogat negre

Amb de mèl e d’amètlas. Simbolisa los jorns marrits de l’annada a venir.

De segur, aquesta basa pòt èsser completada per de confisariás provençalas coma lo caliçon d’Ais. « Trètze desserts ; pas mai se volètz, mas pas mens ».

Noël Provençal : L’histoire des treize desserts

C’est en 1925 que l’on trouve nommés les treize desserts dans un article du félibre Joseph Fallen dans la revue La Pignato. Mais la tradition existait des siècles auparavant. « Treize desserts, pas plus si vous voulez, mais pas moins ». Aujourd’hui, d’une ville à l’autre, la liste des desserts diffère, mais il y a une base commune : les quatre mendiants (figues, amandes, noix et raisins secs), le nougat blanc, noir, rouge, les fruits secs, les fruits frais, et la fameuse pompe à huile. Cette dernière est partagée à la main entre le plus vieux et le plus jeune.

Dans la tradition, les desserts sont posés en abondance sur la table de Noël pour une durée de 3 jours. Ainsi, chaque invité peut goûter à chacun des desserts.

Les mendiants

C’est une référence aux quatre ordres religieux. Les figues sèches pour les Franciscains. Les raisins secs pour les Dominicains. Les amandes pour les Carmélites. Les noix et les noisettes pour les Augustins.

Les fruits

Ce sont des fruits ramassés dans les champs et gardés depuis le mois de septembre dans le grenier. Le raisin, le melon d’eau, et les oranges. Les fruits importés : les dattes (symboles de l’Orient).

La pompe à huile

C’est un gâteau à la fleur d’oranger. Préparer un levain avec de l’eau, de la farine, de la levure. Puis, y ajouter des œufs, du sucre et de l’huile… sans oublier la fleur d’oranger. Laisser reposer plusieurs heures puis mettre au réfrigérateur. Faire une boule à la main et quelques marques avec le couteau à la surface. Cuire au four.

Le nougat blanc

Avec des amandes ou des pignons de pin ou des pistaches. Il symbolise les jours agréables de l’année à venir.

Le nougat rouge

A la rose et à la pistache.

Le nougat noir

Avec du miel et des amandes. Il symbolise les mauvais jours de l’année à venir.

Bien-sûr, cette base peut être complétée par des confiseries provençales comme le Calisson d’Aix. « Treize desserts ; pas plus si vous le désirez, mais pas moins ».

Vous pouvez déposer votre article ici

Laissez-nous vos coordonnées et nous prendrons contact dans les plus brefs délais