Spécial Habitat – Le fioul : on démêle le vrai du faux

Partager sur facebook
Partager sur facebook

Le fioul domestique fait l‘objet de beaucoup d’interrogations ces derniers temps. En effet fin juillet 2020, à l’issue du Conseil de défense écologique, les pouvoirs publics ont fait une annonce importante en matière de transition énergétique : à partir du 1er janvier 2022, les chaudières fioul obsolètes irréparables devront être remplacées par des chaudières nouvelle génération. Cette annonce a déclenché beaucoup de crain­tes, de clichés, de préjugés et de trop nombreuses fausses informations. On fait le point ici.

Le fioul domestique sera bientôt interdit en France.

FAUX : il n’y a aucun projet d’interdiction de vente du fioul domestique dans les années à venir. Votre distributeur de fioul continuera à vous livrer du fioul domestique pour alimenter votre chaudière. Cependant, les professionnels de la filière travaillent à la mise sur le marché d’un biofioul. Le biofioul est un bioliquide de chauffage contenant, sur une base de fioul domestique, une part croissante d’énergie renouvelable sous forme d’ester méthylique de colza produit en France. Ce biofioul pourrait se substituer au fioul d’origine fossile d’ici quelques années.

A partir de 2022, toutes les chaudières fioul devront être remplacées.

FAUX : Tant que votre chaudière fioul actuelle est en bon état de fonctionnement, tant qu’elle peut être réparée si un jour elle tombe en panne, elle continuera de vous chauffer exactement comme aujourd’hui. En revanche, à partir de 2022, un décret gouvernemental prévoit d’interdire l’installation, dans les bâtiments neufs et rénovés, de chaudières utilisant un combustible trop émissif de gaz à effet de serre. Le fioul domestique 100% fossile est concerné c’est pourquoi vous devrez alors opter pour du biofioul (« F30 »).

Les chaudières fioul ne pourront bientôt plus être réparées.

FAUX : Si votre chaudière fioul actuelle fonctionne, vous n’avez aucune obligation de la faire remplacer, même après 2022. Vous pouvez la conserver aussi longtemps que vous le souhai­tez et la faire réparer si besoin. De plus si dans l’avenir vous voulez utiliser le biofioul, vous pourrez équiper votre chaudière d’un brûleur compatible « F30 ».

Le fioul domestique est polluant.

VRAI ET FAUX : Le fioul étant une énergie fossile, comme le gaz ou le charbon, il émet à la combustion du CO2, un gaz qui participe au réchauffement climatique. En revanche, le chauffage au fioul émet très peu de pol­luants atmosphériques grâce aux progrès techniques réalisés sur les matériels. Les chaudières actuelles sont toutes à très basse émission d’oxydes d’azote. En l’espace de 20 ans, les évolutions conjointes des matériels et de la qualité du fioul domestique ont permis d’améliorer signi­ficativement les performances du chauffage au fioul. Ainsi aujourd’hui, une chaudière à très haute performance énergétique permet d’économiser 35% sur sa consommation d’énergie.

Le fioul domestique coûte cher par rapport aux autres énergies de chauffage.

FAUX : Pour un habitat comparable (même isolation, même situation, même surface), le fioul domestique est tout à fait compétitif, face aux autres moyens de chauffage. De plus, du fait que ce soit une énergie liquide stockable, il est plus facile de bien gérer sa consommation.  La plupart des personnes chauffées au fioul domestique trouve aussi, que cette énergie procure une chaleur agréable et efficace.

Enfin pour finir, sachez que le colza, qui composera le biofioul (à hauteur de 30% en 2022), sera produit en France, au cœur de nos territoires et par nos agriculteurs. C’est une plante disponible en quantité suffisante, sans concurrence avec l’alimentation humaine. Le dérivé estérifié du colza, l’EMC, a une bonne tenue au froid et une bonne stabilité au stockage, c’est pourquoi il est idéal pour le biofioul. Mais surtout il présente un gros potentiel de réduction des émissions de gaz à effet de serre par rapport au fioul ordinaire. Enfin il faut savoir qu’en produisant de l’huile à partir de la graine de colza, on produit également de la protéine végétale, qui permet de nourrir les animaux d’élevage en dimi­nuant notre recours aux importations (de soja notamment). La part d’EMC (ester méthylique de colza) est amenée à augmenter petit à petit dans le temps, jusqu’à atteindre 100% d’ici 2040 : une belle évolution écologique.

Alors qui a dit que le chauffage au fioul faisait grise mine ?

Source : FF3C (Fédération Française des Combustibles, Carburants et Chauffage).

Ets Louda

Nous et nos partenaires stockons et accédons à des informations non sensibles sur votre appareil, comme des cookies ou l'identifiant unique de votre appareil, et traitons vos données à caractère personnel comme votre adresse IP ou un identifiant cookie, pour des traitements de données comme l'affichage de publicités personnalisées, la mesure des préférences de nos visiteurs, etc.

Certains partenaires ne demandent pas votre consentement pour traiter vos données et s'appuient sur leur intérêt commercial légitime.

Avec nos partenaires, nous traitons les données suivantes en nous basant sur votre consentement et/ou vos intérêts légitimes: Publicités et contenu personnalisés, mesure de performance des publicités et du contenu, données d’audience et développement de produit, données de géolocalisation précises et identification par analyse du terminal"

 

Vous pouvez déposer votre article ici

Laissez-nous vos coordonnées et nous prendrons contact dans les plus brefs délais