Donzac

Le Riverain - Donzac
Partager sur facebook
Partager sur facebook

Situé en Gascogne, à la pointe occidentale du Tarn-et-Garonne et du Lot-et-Garonne : Causse du Quercy en Pays de Serres.

Donzac est avant tout un port où aboutit le chemin de crête, venu des Pyrénées entre les vallées de l’Arrats et de l’Auroue. Etabli au nord du village actuel, le port existe depuis l’Antiquité et porte au Moyen Age le nom « d’Arguanac » qui peut rappeler ses origines gallo-romaines.

C’est aussi le nom de Donzac qui conserve le souvenir de « Domitiacum », qui signifie Domaine de Domitius, tenu par un dénommé Domitius.

Plusieurs églises dans les environs entre l’époque Mérovingienne et les années 1100 : Notre-Dame de Donzac, probablement parmi les plus anciennes ; Saint-Caprais, Saint Jean de Graissunas et Saint Martin, toutes disparues.

Saint Martial, au Sud Est de la commune annexe de Donzac, mentionnée au diocèse de Condom en l’an 1646. Elle est donnée à l’Abbaye de Belleperche en l’an 1255 par Guillaume, Evêque d’Agen.

Il est difficile de deviner quelle forme revêtait Donzac puisque le village est un remodelage complet des années 1200. Probablement un site castral, car une famille seigneuriale de Donzaco est connue dans les années 1100 mais, le principal seigneur était l’abbé de Saint Sernin de Toulouse. En l’an 1216 Saint Sernin transmit la propriété, la juridiction et la paroisse. A la suite de donations, l’Abbaye cistercienne de Belleperche fonde une grange : les bâtiments se trouvaient au lieu-dit « Lagrange », en relation directe avec le port.

En l’an 1269 : Belleperche, Seigneur de Donzac a maille à partir avec les habitants de Dunes. Dès l’an 1270, l’Abbé propose au Comte de Toulouse, Alphonse de Poitiers, le partage de la Seigneurie afin, de protéger son domaine.

Cette convention « Pareage » fait de Donzac une Bastide : fondation dessinée par Jean de Monterias, Sénéchal du Comte de Toulouse en Agenais et en Quercy, à la suite de ce « pareage » conclu au nom d’Alphonse de Poitiers avec l’abbé Guillaume Geoffroy. Le site castral est sans doute agrandi mais, ne se peuple peut-être pas entièrement ; l’habitat se rétracte semble-t-il dans l’espace du centre actuel dans les années 1300.

En l’an 1279 : Donzac passe sous le contrôle anglais.

La part de la Seigneurie d’Alphonse de Poitiers échoie aux familles de Goth, d’Armagnac, d’Albret et des Bourbons, avant d’être vendue au Seigneur de Balzac de Saint Paul, en l’an 1585. Belleperche garde sa part de Seigneurie jusqu’à la Révolution Française. Tous ces événements expliquent les changements de vocables successifs de l’église : Saint Michel, semble-t-il au début, puis, Saint Barthélémy et enfin, l’Assomption. Mais, le patron est resté Saint Barthélémy.

Avançons dans le temps

En l’an 1872 : l’église est interdite au culte par mesure de sécurité. Rebâtie en l’an 1880, l’architecte en fut Théodore Olivier. Le plan est présenté dans le style néo-gothique.

Les sœurs de la Sainte Famille dirigent une école de filles qui se maintient après la sécularisation. Le dernier prêtre résident est l’Abbé  Cat : un des meilleurs amateurs de mots croisés de son temps. Il meurt à Donzac en l’an 1959.

De nos jours 

Au fond du village il existe une chapelle voûtée, en berceau, avec une extrémité en demi-cercle et un petit clocher-mur sur la voie publique. Cette élégante construction a remplacé dans les années 1800, un ancien oratoire où jadis les bateliers de Garonne venaient prier Notre-Dame de Piété. Dès les années 1980, le village prend de l’ampleur avec la création d’un lotissement, d’une école, d’une aire de repos accolée à l’ancien lavoir qui servait aux lavandières, de la Cave du Brulhois, du musée des vieux métiers d’autrefois, un des plus beaux de la région, et enfin, le cœur du village qui a su garder son architecture.

A découvrir 

Ses espaces verts, de belles randonnées où l’on rencontre les vergers, le vignoble du Brulhois qui vous transmettent la douceur de vivre… La Bastide mérite que l’on réponde à son invitation.

La commune de Donzac fait partie de la Communauté des Communes des 2 rives.

Les peupleraies

Le peuplier est de la famille des salicacées. C’est un arbre assez répandu et sa silhouette nous est familière. Il

Vous pouvez déposer votre article ici

Laissez-nous vos coordonnées et nous prendrons contact dans les plus brefs délais