Histoire de Golfech (Golfèg en occitan)

Le Riverain - Histoire de Golfech (Golfèg en occitan)
Partager sur facebook
Partager sur facebook

Situé sur la route nationale 813, entre Garonne et le canal des deux mers, dans le Causse du Quercy, en Pays de Serres.

Voilà un nom étrange, qui a conduit bien des savants à s’abstenir, tant est difficile son interprétation. En réalité, Golfech est un dérivé d’un nom germanique : Golfug, aux alentours des années 500, impossible à préciser d’un point de vue historique. Il est certain que ce secteur connut un premier peuplement entre la fin de l’Antiquité et le Moyen Age, ce que prouve une plaque, une boucle émaillée et des restes d’armes, découverts en 1897. C’est également au niveau de Golfech que l’on a retrouvé dans Garonne, de gros lingots de cuivre issus d’ateliers espagnols et datés autour de l’an 50 après Jésus Christ, les seuls connus en dehors de la Méditerranée. Cette découverte unique en France, en dit long sur le commerce des métaux à l’époque romaine de ce lieu. Les premiers siècles du Moyen Age n’ont guère laissé de traces.

Quoi qu’il en soit, c’est aux templiers que Golfech doit son existence. Leurs installations se situent autour des années 1200, sans doute un peu avant.

Ils édifient un château fort, des bâtiments d’habitation, une chapelle, une résidence pour le Commandeur et des locaux agricoles, tout cela autour de l’église.

1272 : La paroisse de Golfech dépend de la Baronnie de Clermont Soubiran, la famille Durfort. Mais, l’ordre du Temple qui était déjà établi dans la région a déjà des possessions importantes grâce à de nombreuses ventes et donations par les Seigneurs Durfort et autres Seigneurs du voisinage.

1312 : La suppression de l’ordre du Temple entraînera le transfert de la Commanderie aux Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem, qui conserveront leurs domaines jusqu’à la Révolution Française, et possèdent l’entière juridiction de Golfech, y compris les droits de haute justice. Ces droits sont disputés mais, Robert de Balzac, seigneur de Clermont Soubiran, y renonce définitivement le 17 mars 1432.

La commanderie de l’Ordre du Temple puis, de l’Ordre de Saint Jean de Jérusalem se trouve dans le grand Prieuré de Toulouse, «  Prieuré : Domaine agricole dirigé par un moine : un abbé ». La situation de cette maison, dans les riches plaines de Garonne est au centre des possessions des puissants Barons de Clermont et de Lafox. L’étendue des domaines qui est soumise à la surveillance des commandeurs, nous laisse supposer qu’elle est l’une des premières que l’Ordre du Temple a établie dans la région. Commanderie importante dont dépendaient primitivement toutes les terres que l’Ordre du Temple possède entre Garonne et Dordogne. Cela explique les droits de contrat d’exploitation qui procurent droits et profits au Baron de Clermont qu’il possédait dans les années 1500.

Certains historiens estiment que l’église primitive est dédiée à Saint Genies, située à l’extrémité nord du village, au lieu-dit Lamothe-Rouge : site bouleversé par le creusement du Canal des deux mers dans les années 1800. Lamothe-Rouge : petite seigneurie qui appartient à la famille Caumont dès les années 1300 et jusqu’aux années 1600, où ils possèdent de nombreux biens dans Golfech. Cette famille forme dans les années 1500 la branche des Seigneurs de Gâche « Auvillar », et des Seigneurs d’Agres « Saint-Loup ».

Revenons aux églises 

L’église fut visitée à la fin de juin 1304 par Bertrand de Goth : Archevêque de Bordeaux.

1642 : Reconstruction de l’église dans l’enclos de la Commanderie, elle est dédiée à Saint Jean-Baptiste « cousin de Jésus ». Elle est incendiée à deux reprises, lors des guerres de religions en l’an 1569 et 1588. En raison de son petit espace et de son mauvais état, on juge bon de la reconstruire en 1836, sur le même emplacement mais, avec un axe différent. Les plans sont dressés par Théodore Olivier, qui s’inspire du style roman, le manque de fonds ne permettant pas de lui donner la hauteur initialement prévue.  Reconstruite en pierre, elle est actuellement dédiée à Saint Louis. Le  clocher est construit en 1860. Le peintre parisien Bezard décorera l’intérieur.

Ainsi, Golfech se forme autour de ce lieu de culte, et sous la protection des murs de la Commanderie, puis s’étend au-delà de l’enceinte, sur une place bordée de galeries couvertes appelées «  Ambany ou cornières ».

Les sœurs de la Sainte Famille de Villefranche dirigent une école de filles jusqu’en 1904.

Le dernier prêtre résidant était l’Abbé Joseph Chambert décédé en 1960.

De nos jours 

Golfech se modifie et s’étale, surtout depuis la mise en service de la Centrale hydraulique puis, de la Centrale Nucléaire. Des zones à vocation d’habitations et industrielles, sont construites en direction de Valence, créant une jonction des deux communes, au sein de la Communauté de Communes des deux rives.

Nous et nos partenaires stockons et accédons à des informations non sensibles sur votre appareil, comme des cookies ou l'identifiant unique de votre appareil, et traitons vos données à caractère personnel comme votre adresse IP ou un identifiant cookie, pour des traitements de données comme l'affichage de publicités personnalisées, la mesure des préférences de nos visiteurs, etc.

Certains partenaires ne demandent pas votre consentement pour traiter vos données et s'appuient sur leur intérêt commercial légitime.

Avec nos partenaires, nous traitons les données suivantes en nous basant sur votre consentement et/ou vos intérêts légitimes: Publicités et contenu personnalisés, mesure de performance des publicités et du contenu, données d’audience et développement de produit, données de géolocalisation précises et identification par analyse du terminal"

 

Vous pouvez déposer votre article ici