Lamagistère (La Magistera en occitan)

Le Riverain - Lamagistère (La Magistera en occitan)
Partager sur facebook
Partager sur facebook

Située dans la vallée de Garonne dans le Causse du Quercy en Pays de Serres.

Vers  737 : Les sarrasins saccagent la région. Deux siècles plus tard la vallée de Garonne est ravagée par les Hongrois et surtout par les Normands. Puis, viennent les terreurs de l’an mille qui s’ajoutent aux misères des populations des campagnes, déjà atteintes par la famine et les maladies,

1240 : Raymond VII, comte de Toulouse crée des Bastides, rouvre la navigation sur Garonne : « le chemin de l’eau ».

Un petit nombre d’habitants, séduits par la reprise du mouvement de la batellerie, essayent de s’y établir d’abord comme pêcheurs puis, comme marins, sous la protection du Seigneur de Clermont-Soubiran. Ces derniers jettent les premières fondations de La Magistère vers 1280.

Hypothèses du nom : La Magistère

L’un des marins a plus d’importance que les autres, peut-être un pilote « magistérien » ? Ce nom provient du latin : « Magister » qui signifie : le Maître. Ou bien, ce serait le nom d’une femme tenant une auberge sur le bord du fleuve et qui, était certainement l’épouse du Pilote. Elle se nommait « Magistero ». Les marins et les pêcheurs allaient boire chez la « Magistero » et peu à peu le nom de l’auberge devient celui de ces quelques maisons groupées.

Au Moyen Age : un nom particulier succède au nom du lieu, ce qui est courant dans toute l’Histoire. Désormais, le Seigneur de Clermont-Soubiran  donne le nom de La Magistère, en deux mots, au groupement de maisons qui dépend toujours de la Seigneurie de Clermont-Soubiran :  Famille Durfort.

« Mais, ce nom reste un mystère ? »

La Magistère commence à se développer à la fin des années 1200, Garonne devient la grande route du trafic commercial.

1328 : Commence la guerre de cent ans et notre région est alternativement anglaise et française.

La guerre de cent ans se termine. Le premier débordement de Garonne est signalé en 1425.

Une période de cent années s’ouvre désormais. Il ne semble pas que pendant cette période le petit groupe d’habitants ait augmenté.

1560 : les guerres de religions éclatent.

1565 : « Trois pauvres maisons » sur le bord de Garonne. Voici la description de La Magistère. Cet été minimal montre bien une création tardive. L’église est dédiée à Saint Jean de Clermont, située au pied du coteau.

Fin des années 1500 : Les maisons se multiplient jusqu’à former une longue lanière bâtie le long du fleuve. Des quais apparaissent, le trafic fluvial commercial s’intensifie, la population augmente.

1564-1566 : Charles IX, Roi de France, fait un voyage à travers le Royaume de France accompagné de la Reine Catherine de Médicis, sa mère. Ils s’arrêtent pour se coucher à La Magistère.

1648 : Le premier moulin à nef de La Magistère, qui était dans Garonne, appartient au Chevalier Picot, Seigneur de Clermont.

Les années 1700 : voient le mouvement s’accroître, ainsi que la population. Le moulin à nef du Chevalier Picot détermine un grand mouvement de grains dus à la Gascogne et au Quercy. Cette époque est la grande vague des foires et marchés.

1782 : La Magistère est autorisée par le Roi,  à acquérir un terrain propre pour créer un cimetière.

Nous retrouvons le nom des premiers instituteurs de La Magistère, avant cette date ; l’école se trouvant à Clermont Dessus.

7 août 1792 : La Magistère devient commune indépendante. Il existe cinq grandes fabriques, cinq aubergistes, deux tisserands, deux marchands de tabac…

Les sœurs de la Sainte famille de Villefranche fondent vers les années 1850, une école de filles, qui survécut à la sécularisation.

La prospérité de La Magistère, longue d’une seule grande rue de deux kilomètres, décline au milieu des années 1850 ; lorsque l’antique batellerie fluviale se trouve concurrencée par deux nouveaux axes de circulation, plus sûrs et plus rapides : le chemin de fer dès 1856.

1874 : La Magistère réalise un bureau de bienfaisance « Hospice », grâce au legs de Jean Vergnes. Il fut construit sur un terrain de M. Hugonis. Ce bâtiment a été remplacé actuellement par la maison de retraite.

Deux périodes de Paix : avant 1914 La Magistère vit médiocrement. Pendant la seconde période, au contraire de 1918 à 1939.

Troublée au moment de la grande inondation du 3 mars 1930, La Magistère retrouve une certaine prospérité. De nouvelles maisons, commerces, usines…. assurent aux hommes et aux femmes un travail rémunérateur. Des familles autrefois éloignées reviennent se fixer définitivement.

Revenons aux églises

Au début des années 1600 : L’église Saint Jean de Clermont, annexe de Clermont, devient paroisse de La Magistère, pour rapprocher le service des habitants devenus de plus en plus nombreux. Elle est agrandie en 1664 d’une chapelle latérale, dédiée à Sainte Catherine « patronne des marins »

Dès 1792 : une ordonnance royale du 19 janvier l’érigea en annexe. Alors, on envisage de la reconstruire à cause de ses dimensions trop petites. La réalisation des travaux ne débute qu’en 1825 après de nombreuses discussions sur le choix de l’emplacement.

Le plan de la nouvelle église s’inspire de la Cathédrale de Montauban mais, il est modifié en cours de construction.

24 juin 1833 : Elle est placée sous le vocable de l’Immaculée Conception.

1881 : Le Concordat en fait le centre d’une paroisse autonome.

Très dégradée par les inondations de 1875 et 1930, elle est restaurée dans un style néo-classique.

Il y a eu un prêtre jusqu’à une date assez récente.

De nos jours

Dans les années 1980 : La population commence une nouvelle croissance avec la création d’un lotissement côté nord, destiné à la centrale hydraulique et nucléaire de Golfech.

Eglise, Mairie, Salle des fêtes, Maison de retraite, commerces, école résument le cœur de Lamagistère. La commune est jumelée à la communauté des communes des 2 rives.

Amis touristes : Garonne suit son lit avec douceur où le temps d’autrefois semble s’y être arrêté. Un havre de paix vous attend à Lamagistère, ville fleurie.

Nous et nos partenaires stockons et accédons à des informations non sensibles sur votre appareil, comme des cookies ou l'identifiant unique de votre appareil, et traitons vos données à caractère personnel comme votre adresse IP ou un identifiant cookie, pour des traitements de données comme l'affichage de publicités personnalisées, la mesure des préférences de nos visiteurs, etc.

Certains partenaires ne demandent pas votre consentement pour traiter vos données et s'appuient sur leur intérêt commercial légitime.

Avec nos partenaires, nous traitons les données suivantes en nous basant sur votre consentement et/ou vos intérêts légitimes: Publicités et contenu personnalisés, mesure de performance des publicités et du contenu, données d’audience et développement de produit, données de géolocalisation précises et identification par analyse du terminal"

 

Vous pouvez déposer votre article ici