Le Pin (Lo Pin)

Le Riverain - Le Pin (Lo Pin)
Partager sur facebook
Partager sur facebook

Situé en Gascogne, à proximité de Saint-Michel, Le Pin tire son nom d’un arbre, de belle taille, visible de loin ou d’un bosquet.

Le peuple antique laisse des traces sur le bord du coteau, des éléments mobiliers sont découverts en 1885.

Un moulin à bras retrouvé en 1954 suggère l’époque de l’Antiquité.

En 1886, la découverte d’objets d’origine médiévale vient compléter la vision de ce site, encore très imparfait.

Au 15eme siècle, les habitants dispersés se rassemblent sur la hauteur, où se trouve une maison forte. Dès le début du 13eme, et plus tard un oratoire dédié à Saint-Roch.

Aucun texte antérieur au 16eme siècle ne mentionne ni le village, ni la paroisse dont nous ignorons l’origine.

Cette paroisse relève du diocèse de Lectoure. Cependant, l’abbaye de Belleperche y possède aussi  des droits. L’église est rebâtie après les guerres de religion au 17eme, elle prend le vocable de Saint-Julien de Brioude. Cette église est rebâtie en 1876, sur un emplacement légèrement différent et en modifiant l’orientation.

Jadis, à côté du village se trouve un oratoire dédié à Saint Roch, démoli à la Révolution française. Le nom de saint est donné au château tout proche, qui en garde le souvenir.

L’abbé Gaillard se retire à Montbeton en 1937, il est le dernier prêtre résident.

Mais ce qui fait l’intérêt de Le Pin, c’est le château Saint-Roch. Vers 1736, la famille de Conquéré s’établit sur la Seigneurie de Montbrison, de l’autre coté de l’Ayroux, et accole ce nom à son patrimoine. Georges Conquéré de Monbrison diplomate, né à La Rochelle en 1830, se retire au Pin en 1870, et réalise le château actuel. En 1857, son père Édouard bâtit un premier château, qui est devenu le corps central actuellement. Avant 1865, Georges entreprend d’agrandir, inspiré par l’architecture gothique et de la Renaissance. L’auteur de Saint-Roch meurt à Pau en 1903.

Au 19eme siècle, il ne s’agit que de quelques maisons groupées au sud et son église. Plusieurs corps de métiers sont représentés : sabotier, épicier, cafetier…

Au fil des années ces métiers disparaissent, entraînant la fermeture de l’école en 1976. De nos jours, l’église, le monument aux morts, la salle des fêtes, la mairie, quelques maisons et le château Saint-Roch (classé monument historique) retracent l’identité du village, un lieu paisible et très charmant.

Les Pinsons et les Pinsonnes sont rattachés à la Communauté des Communes des Deux Rives.

Nous et nos partenaires stockons et accédons à des informations non sensibles sur votre appareil, comme des cookies ou l'identifiant unique de votre appareil, et traitons vos données à caractère personnel comme votre adresse IP ou un identifiant cookie, pour des traitements de données comme l'affichage de publicités personnalisées, la mesure des préférences de nos visiteurs, etc.

Certains partenaires ne demandent pas votre consentement pour traiter vos données et s'appuient sur leur intérêt commercial légitime.

Avec nos partenaires, nous traitons les données suivantes en nous basant sur votre consentement et/ou vos intérêts légitimes: Publicités et contenu personnalisés, mesure de performance des publicités et du contenu, données d’audience et développement de produit, données de géolocalisation précises et identification par analyse du terminal"

 

Vous pouvez déposer votre article ici