Montjoi (Montjoï en occitan) – Partie 1/2

Partager sur facebook
Partager sur facebook

Situé dans le Causse du Quercy en Pays de Serres, perché sur son éperon, il domine la vallée de la Séoune. Peut-on imaginer que cette bastide fut un enjeu entre la France et l’Angleterre et, chef-lieu d’une circonscription dans les années 1300 ?

Montjoi ou plutôt, Puycastel, son nom d’origine fait partie d’un groupe de places fortes « bourgs », talonnant les confins de l’Agenais et du Quercy. L’Agenais étant susceptible de revenir un jour dans le Patrimoine du Roi d’Angleterre qui le possède déjà en l’an 1196.

Le Castrum dominant la vallée de la Séoune, forme un poste idéal pour le contrôle de celle-ci. Alphonse de Poitiers, Comte de Toulouse, frère de Saint Louis, Roi de France, entreprend de consolider la limite de ses possessions, face à l’Aquitaine en l’an 1250. Il réorganise le territoire d’agglomérations choisies pour leur juridiction, encourage le peuplement et, installe un représentant administratif à leur tête. C’est ainsi qu’entre 1255 et 1256, trois commissaires, envoyés pour repérer le site d’une telle transformation, visitent le Castrum du Puycastel : « le Château de la colline » qui appartient au Comte de Toulouse, ce qui facilite la tâche et, pour moitié aux seigneurs de Penne « Lot ».

Les enquêteurs créent autour de  Puycastel une baillie. Elle couvre 19 paroisses dont beaucoup correspondent de nos jours à des communes voisines. Il est certain que le Castrum fut entièrement redessiné pour en arriver à la configuration actuelle. Des maisons alignées le long d’une rue formant une fourche, avec jadis le Château fort à l’extrémité au-dessus de la vallée.

Montjoi provient en effet du germanique Munsgaudü , qui signifie « Protège le Pays », latinisé à l’époque carolingienne en Monsgaudü, puis, après l’oubli de son sens originel, il fut déformé en Mortem Gaudü. Le choix de ce nom revêtait l’endroit pour le pouvoir toulousain.

Enfin, son nom est changé en Montjoï, puis, Montjoi, terme qui se rapporte à sa position en hauteur et à sa fonction de surveillance.

Montjoi, qualifié de bastide et la paroisse de Possicastel « Pont Castel » sont cédées en l’an 1287 à Edouard 1er, Roi d’Angleterre par Philippe le Bel, Roi de France, à la fois s’occupent souvent de cette Bastide.

Vers l’an 307 : Edouard II, Roi d’Angleterre, ordonne que le juge d’Agen tienne ses assises, chaque trois semaines à Castelsagrat et, que les habitants de la bastide s’y rendent.

Edouard III, Roi d’Angleterre concède le 8 juin 1341, à Raymond de la Chassaigne, les lieux de la bastide, avec la terre et la juridiction. Mais, le 24 avril 1348, il revient sur sa décision et, le donne à Gaubert de Beauville son vassal et, confirme cette donation le 20 juin, 1359.

Les droits de la maison de Beauville sont contestés en l’an 1469 par Charles, duc de Guyenne « Aquitaine » mais, il ne poursuit plus ses réclamations car Jean de Beauville et Jean de Galard de Béarn, seigneur et baron de Brassac, fixent les limites territoriales de la bastide en l’an 1480. Parmi eux, il ne faut pas oublier de citer Hector de Galard de Béarn, l’un des Capitaines de Jeanne d’Arc, qui devient le valet de carreau de nos jeux de cartes de belote.

Dans la juridiction de la bastide, il y a jadis plusieurs églises dont nous vous parlerons dans le prochain numéro du Riverain.

Nous et nos partenaires stockons et accédons à des informations non sensibles sur votre appareil, comme des cookies ou l'identifiant unique de votre appareil, et traitons vos données à caractère personnel comme votre adresse IP ou un identifiant cookie, pour des traitements de données comme l'affichage de publicités personnalisées, la mesure des préférences de nos visiteurs, etc.

Certains partenaires ne demandent pas votre consentement pour traiter vos données et s'appuient sur leur intérêt commercial légitime.

Avec nos partenaires, nous traitons les données suivantes en nous basant sur votre consentement et/ou vos intérêts légitimes: Publicités et contenu personnalisés, mesure de performance des publicités et du contenu, données d’audience et développement de produit, données de géolocalisation précises et identification par analyse du terminal"

 

Vous pouvez déposer votre article ici