Saint-Paul d’Espis (Sent Paul Dels Pins en occitan) – Partie 1/2

Partager sur facebook

Village situé dans le Causse du Quercy, en Pays de Serres, dans la vallée de Barguelonne, en direction de Lauzerte.

Les origines de Saint-Paul d’Espis se placent haut dans l’histoire. Il s’agit d’un village ecclésial, simple hameau constitué autour d’une église dont la fondation est très ancienne. En l’an 1864, lors de la désaffection du cimetière, on mit à jour, la tombe des époux Firmius et Firma, datable dans les deux premiers siècles de notre ère. En l’an 1868, on découvre une centaine de sarcophages en grès, d’époque mérovingienne, des années 600-700, contenant un mobilier assez intéressant.

Rien ne prédisposait Saint Paul d’Espis à devenir chef-lieu de commune car, cela aurait pu être le destin de l’un des deux hameaux voisins dont les origines remontent aussi à l’Antiquité, Saint-Jean de Cornac et Saint-Pierre-es-liens de Piac, dont nous parlerons le mois prochain.

D’ailleurs, dans la paroisse de Piac qui, en l’an 1468 jusqu’à la Révolution française, appartient aux Gaulejac, seigneurs de Caylus, on trouve un château datant du moyen-âge.

A Saint-Jean de Cornac il y eu également un prieuré abbatial de Lauzières puis, des Gontaut-Birond.

Mais, en dépit d’une parfaite similitude de passé entre ces trois paroisses, celle de Saint-Paul, seigneurie partagée entre les Durfort, seigneurs de Clermont Soubiran et les consuls de Moissac, puis propriété de la famille de La Chapelle, dans les années 1300, prit le pas sur ses voisines et reçut en l’an 1789, le titre de Chef-lieu de Commune.

L’église de Saint-Paul d’Espis

Elle fait partie de ces échanges importants de paroisses réalisés en l’an 1270 entre l’évêque de Cahors, Barthélémy et l’Abbé de Moissac, Bertrand de Montaigut. L’église actuelle a une origine romane. Mais, il semble qu’il y ait eu, en ce lieu, une église plus ancienne, si l’on en juge les vestiges et les reliques découvertes.

Le cimetière chrétien se superposa de très bonne heure, au cimetière païen. L’église a été remaniée : deux chapelles existent à gauche. La première datant des années 1400, a une voûte ramifiée à clés multiples. La seconde des années 1300, semble avoir utilisé pour l’arcade, des matériaux antiques en réemploi. Elle porte de nombreux remaniements.

Le dernier prêtre résidant fut l’Abbé André Roumagnac qui, en l’an 1952, se rassembla aux prêtres de Moissac avant, de devenir religieux carme.

Dunes (Dunas en occitan)

Située en Gascogne, la commune forme un territoire homogène avec, au centre, cette belle agglomération qui a généré autour d’elle,

Vous pouvez déposer votre article ici

Laissez-nous vos coordonnées et nous prendrons contact dans les plus brefs délais