Saint-Vincent-Lespinasse (Sent-Vincens-Lespinassa en occitan)

Partager sur facebook
Partager sur facebook

Situé dans le Causse du Quercy, en Pays de Serres. Une église et son cimetière résument le territoire. Mais, des vestiges gallo-romains existaient déjà dans les années 100, à la Croix del Rouch.

C’est aussi pour cela que, ce lieu s’appela très simplement : Saint Vincent la Chapelle. Mais alors, qu’en est-il de Lespinasse ? Etrangement, le nom des inconnus a celui des familles les plus célèbres. Les Lespinasse sont une famille locale, ils cherchent, dans les années 1200, à s’emparer de la Seigneurie, au préjudice des Dufort, seigneurs de Clermont-Soubiran. Comme Les Lespinasse n’étaient pas de taille à lutter face à ces très puissants personnages, leur tentative demeura vaine, et pourtant, ils réussirent à laisser leur nom accolé à celui de la Paroisse. Ainsi, parlait-on déjà dans les années 1300 de Saint-Vincenti d’Espinassia. Il y a parfois, dans l’histoire, des détours et des sorts étonnants.

Sur cette paroisse, il n’a jamais existé d’habitat aggloméré. Elle dépendait de l’Evêché d’Agen qui la cède en l’an 1278, à l’Abbaye Bénédictine de Saint-Maurin ; puis, elle est rattachée au diocèse de Cahors, au début des années 1300. Un prieuré y fut uni, dès les années 1400 et, jusqu’à la Révolution française. Les Seigneurs de Saint-Vincent Lespinasse furent les Fumel et les Durfort. La famille de Lustrac leur succéda vers l’an 1480, à l’occasion d’un contrat de mariage.

Parlons de l’église

Dédiée à Saint Laurent, elle est ruinée pendant la guerre de cent ans. Elle est rebâtie vers la fin des années 1400, telle que nous la voyons de nos jours. Dans les années 1500, sont ajoutées les deux chapelles nord et sud. En l’an 1873/1874, on remplace le plafond lambrissé par des voûtes en briques, avec des matériaux de réemploi, venant, en partie, de l’église Saint-Pierre de Sigolhac ; actuellement, commune de Saint-Clair, qui donne à l’édifice un décor peint et des vitraux. Des travaux de restauration très importants, extérieurs et intérieurs sont réalisés afin de redonner à l’église son aspect d’origine.

Elle est inscrite aux monuments historiques de France en l’an 1978. Dans les années 1990, restauration du clocher-mur, de la toiture et enfin, restauration intérieure dans les années 2000/2003.

Laurent qui es-tu ?

Laurent de Rome naquit entre l’an 220 et 225 à Osca, (actuellement Aragon en Espagne). Son père s’appelait Orence ou Orens, et sa mère Patience. Afin de compléter ses études, il est envoyé dans la ville de Saragosse où il fait la connaissance du futur Pape, Sixte II. Celui-ci l’établit comme le premier des sept diacres attachés au service de l’église romaine. Il avait en cette qualité, la garde du trésor de l’église et était chargé d’en distribuer une partie aux pauvres.

L’empereur Valérien ayant repris les persécutions contre les chrétiens, le pape Sixte II et ses 7 diacres se cachèrent mais furent découverts. L’empereur informa le préfet de Rome que l’église possèdait des trésors et lui ordonna de convoquer Laurent, réclama les trésors et exigea qu’ils lui soient remis. Mais, Laurent se présenta devant lui les poches vides. Le préfet furieux le fit jeter en prison. Il subira de nombreuses tortures puis, fut condamné à être étendu et fixé sur un grill de façon à être brûlé petit à petit par les charbons ardents, le 10 août 258.

L’Abbé Delbosc, transféré à Leribosc en l’an 1924, est le dernier prêtre résidant.

Le Château, situé au lieu-dit Labastide, est reconstruit en grande partie, après l’an 1835, à partir d’un édifice plus ancien. De nos jours, il appartient au domaine privé.

Parlons de l’église Saint-Pierre d’Ax. Cette annexe de Piac est située dans la commune de Boudou mais, la population qui en dépend est dans la paroisse de Saint-Vincent. Elle tire son nom de la situation de l’église dans ce vallon très humide, celui de Saudèze, petit affluent de Garonne qui, autrefois, servait de limite entre l’Agenais et le Quercy. Le patronage appartenait, à l’origine, aux abbés de Moissac, puis au Seigneur de Piac. Elle a le vocable de Saint-Pierre-aux-Liens. Elle est rebâtie après la guerre de cent ans, remaniée par la suite. Le sol intérieur a été surélevé par une ordonnance rendue le 19 avril 1774, par l’évêque de Cahors, Monseigneur Cheylus.

De nos jours, la mairie, l’école, l’église, la salle des fêtes, la halle, l’ancien lavoir des lavandières, le parcours santé des seniors…. Voilà à quoi se résume la commune de Saint-Vincent Lespinasse, réunie à la communauté de communes des deux rives de Valence.

A découvrir : De belles randonnées qui vous offrent un point de vue sur les vallées de Garonne, de Barguelonne et, par temps clair, la chaîne des Pyrénées. Le majestueux moulin à vent, transformé en pigeonnier « Pied de mulet ». Que vous ayez une heure, une journée, je vous souhaite bonne promenade sur des chemins de rêves.

Nous et nos partenaires stockons et accédons à des informations non sensibles sur votre appareil, comme des cookies ou l'identifiant unique de votre appareil, et traitons vos données à caractère personnel comme votre adresse IP ou un identifiant cookie, pour des traitements de données comme l'affichage de publicités personnalisées, la mesure des préférences de nos visiteurs, etc.

Certains partenaires ne demandent pas votre consentement pour traiter vos données et s'appuient sur leur intérêt commercial légitime.

Avec nos partenaires, nous traitons les données suivantes en nous basant sur votre consentement et/ou vos intérêts légitimes: Publicités et contenu personnalisés, mesure de performance des publicités et du contenu, données d’audience et développement de produit, données de géolocalisation précises et identification par analyse du terminal"

 

Vous pouvez déposer votre article ici

Laissez-nous vos coordonnées et nous prendrons contact dans les plus brefs délais