Valence (2ème partie)

Le Riverain - Valence (2ème partie)
Partager sur facebook
Partager sur facebook

Petit retour sur Vallance en 1283

Édouard 1er roi d’Angleterre concède aux habitants des coutumes et des libertés identiques à celle d’Alphonse de Poitiers, comte de Toulouse. Ces libertés attirent une population relativement nombreuse.

Une nouvelle coutume du 25 décembre 1283 fixe un marché le jeudi, le mardi succède à celui-ci à une date inconnue, une foire annuelle semble exister.

En 1283, l’église est construite en bordure des remparts du coté du midi, elle est qualifiée de fort (forteresse).

Le roi Édouard 1er fait concession de la bastide avant 1330 à Raymond de Pomynges et à son frère.

En 1369, Louis duc d’Anjou fait donation de la baylie à Bernard d’Armagnac sénéchal de l’agenais, qui la détient encore en l’an 1373-1374.

En 1403, Guillaume de Timbrune, originaire de l’Artois achète la bastide, la terre et la seigneurie de Vallance, qui appartient probablement au roi. Guillaume bâtit son château en dehors des fossés, cote nord (actuellement Gamm Vert)

La ville est fortifiée avec 3 portes Del Theron, Del Saralhe et De Moyssac, et entourée de murs et de fossés. L’entretien est à la charge des habitants et constitue pour eux une lourde tache. Il ne semble pas qu’elle ait été assiégée, et cela jusqu’aux guerres de religion.

En 1544, l’église détruite pendant les guerres de religion doit être sérieusement restaurée.

En 1576, la bastide compte parmi les villes catholiques du pays, mais les protestants s’en emparent en 1580, après avoir pillé et brûlé les maisons catholiques. Les fortifications sont rasées par le Baron de Biron.

En 1587, les réparations de l’église commencées ne sont toujours pas terminées en 1613. Ce sont les habitants qui tentent de réparer les murs de la bastide en 1615.

Noble Joseph de Timbrune, seigneur de Valence a des difficultés financières. Il vend en février 1618 la seigneurie, la terre de Vallance, la place, divers immeubles ( tour carrée bâtie dans la bastide servant de prison, deux maisons avec les fours attenant situé dans la ville) à son oncle Emmanuel de Timbrune, seigneur de Castels.

En 1622, les fortifications sont reconstruites et restent en parfait état jusqu’en 1637, date à laquelle les eaux détruisent une partie de la muraille.

En 1627, la peste sévit dans tout l’agenais. La bastide est contaminée, mais c’est en 1652 que cette pandémie fait le plus de victimes, provoquant une grande misère.

Février 1658, le Noble Emmanuel II de Timbrune obtient par lettre de Louis IV l’élection en marquisat de la terre et de la bastide. Il est le premier marquis de Vallance.

En 1661, les consuls font d’importantes réparations à la fontaine Del Théron.

En 1667, messire Emmanuel de Timbrune autorise le monastère des Capucins, constitué de sept religieux. Leur activité est surtout pastorale, assistance aux pauvres,  visites aux malades. Ils prêchent en occitan. Le couvent est construit en 1678 et achevé en 1679. Une petite chapelle désaffectée Notre-Dame de Grâce leur est attribuée, lieu de nombreux miracles. Elle est située hors des murs de la bastide, elle occupe une petite place, sous le jardin public. Plusieurs fois détruite, elle est à chaque fois reconstruite et finit par être démolie à la fin de l’an 1800.

En 1770, les murs de la bastide et de l’église sont devenus inutiles, ils sont cédés aux habitants par Adélaïde de Levis, veuve de Bernard-Emmanuel de Timbrune, à condition que les fossés soient aplanis, que des arbres soient plantés. Pour que ce lieu serve de promenade, elle est créée en 1774/1775, appelée Promenade des Fontaines. Pour y accéder une quatrième porte est réalisée dans la muraille Porte Neuve. La bastide fait peau neuve.

En 1789, la seigneurie de Vallance est dans la succession de François Honoré de Timbrune, marquis de Vallance.

En 1790, Vallance devient chef-lieu du district avec huit cantons : Vallance, La Magistère, Castelsagrat, Saint-Maurin, Beauville, Dunes, Caudecoste et Auvillar.

En 1795, la municipalité est divisée en deux communes : Vallance du Levant et Vallance du couchant. Elles ont chacune un maire, mais n’ont qu’un seul conseil municipal.

En 1804, après l’instauration du premier empire, les deux municipalités sont regroupées dirigées par un seul maire Dagenés.

Nous et nos partenaires stockons et accédons à des informations non sensibles sur votre appareil, comme des cookies ou l'identifiant unique de votre appareil, et traitons vos données à caractère personnel comme votre adresse IP ou un identifiant cookie, pour des traitements de données comme l'affichage de publicités personnalisées, la mesure des préférences de nos visiteurs, etc.

Certains partenaires ne demandent pas votre consentement pour traiter vos données et s'appuient sur leur intérêt commercial légitime.

Avec nos partenaires, nous traitons les données suivantes en nous basant sur votre consentement et/ou vos intérêts légitimes: Publicités et contenu personnalisés, mesure de performance des publicités et du contenu, données d’audience et développement de produit, données de géolocalisation précises et identification par analyse du terminal"

 

Vous pouvez déposer votre article ici