Biathlon : Le mariage parfait entre endurance et adresse

Partager sur facebook
Partager sur facebook

Le Biathlon est un sport d’hiver, présent aux jeux olympiques depuis 1960, qui peut être collectif ou individuel et qui nécessite de l’adresse et beaucoup de qualité athlétique.

Le biathlon allie le ski de fond sur un circuit à parcourir plusieurs fois et le tir à la carabine effectué à chaque tour sur cinq cibles situées à une distance de 50 mètres, et ce dans deux positions : couché et debout. Les cibles sur lesquelles les biathlètes tirent ont un diamètre de 45 mm pour le tir couché et de 115 mm pour le tir debout. L’intérêt et la complexité de cette discipline reposent sur l’alternance des phases d’effort intense sur les skis et des phases de calme et concentration sur le pas de tir où précision et rapidité sont mise à l’épreuve. À la performance individuelle s’ajoutent la gestion de situations de confrontation directe avec les adversaires. La pénalité pour chaque cible manquée se traduit par une minute ajoutée au temps total ou par un tour de pénalité de 150 m à parcourir pour tous les autres formats de course, sauf le relais mixte simple pour lequel le tour de pénalité est de 75 m. Lors des relais, les biathlètes disposent de trois balles de pioche avant d’effectuer, le cas échéant, un ou plusieurs tours de pénalité. Les épreuves du sprint et de l’individuel sont des courses contre la montre. La poursuite est une course en ligne (course où tout le monde court en même temps, comme au cyclisme), avec ligne de départ dépendante des résultats de la course précédente, tandis que l’ensemble des concurrents des relais ainsi que du départ groupé prennent le départ en même temps.

L’individuel est la course la plus ancienne de l’histoire du biathlon. Lors de l’introduction de l’épreuve du relais, le terme d’individuel fut naturellement conservé pour nommer et distinguer l’épreuve historique du 20 km.

La compétition de l’individuel est une course contre la montre, où les biathlètes s’élancent un par un avec un intervalle de 30 secondes. Le biathlète doit effectuer cinq fois le parcours prévu, les quatre premiers tours étant conclus par une séance de tir dont l’ordre est obligatoirement le suivant : tir couché, tir debout, tir couché, tir debout. L’individuel est la seule épreuve du biathlon où une erreur au tir entraîne une minute de pénalité et non un tour de pénalité. À ce titre, un tir manqué sur l’individuel est davantage sanctionné que sur les autres épreuves, puisqu’un tour de pénalité ne coûte qu’environ 25 secondes. Ainsi cette épreuve distingue surtout les meilleurs tireurs et est souvent le théâtre de rebondissements lorsque les favoris échouent au tir, plusieurs minutes de pénalités étant rarement rattrapables sur la piste. Cette épreuve est difficile à suivre pour des spectateurs non avertis, puisque les pénalités sont ajoutées au temps total, et il est ainsi très difficile d’avoir une vision globale des positions sans l’aide des moyens de mesure électroniques.

C’est au tout début des années 1970 que le sprint a fait son apparition. Il s’agit d’une épreuve contre la montre individuelle où trois tours de circuit, séparés par deux séances de tir, couché puis debout, sont à parcourir. Elle est l’épreuve la plus courte du biathlon (10 km pour les hommes, 7,5 km pour les femmes), le sprint est aussi celle proposant le moins de tirs, mettant ainsi l’accent sur la vitesse avec les skis. Le sprint est en quelque sorte un demi-individuel (distance, nombre de tirs et pénalité y sont divisés par deux). Comme pour l’individuel, les biathlètes démarrent leur course un par un avec trente secondes d’intervalle. Chaque erreur au tir est sanctionnée par un tour de pénalité de 150 mètres, ce qui équivaut à environ 25 secondes de pénalité Le résultat final d’un sprint est doublement important car le classement final détermine l’ordre de départ pour une autre épreuve : la poursuite. Un mauvais résultat lors du sprint diminue ainsi les chances de bien figurer lors de la poursuite suivante. Seuls les 60 premiers de cette épreuve obtiennent le droit de participer à la poursuite.

Au biathlon, les athlètes les plus médaillés au niveau olympiques sont  Ole Einar Bjørndalen avec 13 médailles olympique et Uschi Disl pour les féminines avec 9 médailles olympique. Pour les Français, notre champion est Martin Fourcade avec 7 médailles olympiques dont 5 en or.

EJ

Vous pouvez déposer votre article ici

Laissez-nous vos coordonnées et nous prendrons contact dans les plus brefs délais