Surf : Le plaisir d’être au creux de la vague…

Partager sur facebook
Partager sur facebook

Le surf est sans doute le sport qui offre les plus beaux paysages, avec ses plages au sable blanc et les eaux turquoise.

La saison du WCT est le circuit phare du surf. Lors de ces journées d’épreuves les surfeurs du monde entier s’affrontent dans l’espoir de remporter la coupe pour devenir champion du monde. Il y a 34 hommes et 17 femmes qui sont qualifiés pour participer au WCT. En effet les riders qui ont cumulé le plus de points à la fin de l’année peuvent s’affronter lors des championnats du monde masculins et féminins. Le top 34 des hommes comprendra : les 22 premiers du classement WCT, le top 10 des qualifications et enfin deux wildcards (joueurs non qualifiés). Pour les femmes le top 17 sera composé des dix meilleures du classement WCT, du top 6 du classement et une wildcard.

Le nombre de jours d’une compétition varie selon le nombre de participants inscrits. En effet ceux-ci vont déterminer combien de sessions devront être lancées avant de couronner le vainqueur. Souvent il faut compter 12 jours pour une épreuve WCT : en plus des jours de compétitions il faut ajouter la « waiting period » c’est à dire les moments où les vagues ne sont pas au rendez-vous !

Chaque compétition possède un sponsor officiel qui offre une somme d’argent aux vainqueurs : « le prize money ». Celle-ci est plus ou moins importante selon le niveau de la compétition.

Enfin chaque jour le lieu peut être déplacé du site officiel si la houle et le vent sont plus favorables ailleurs. Cette décision est prise par un comité qui se réunit chaque matin au vu des conditions météo.
Chaque vague surfée est appréciée et notée par quatre ou cinq juges sous la responsabilité d’un chef-juge. Chacun d’entre eux met une note de 0 à 10 qui porte sur des critères complexes qui allient la qualité et la taille de la vague choisie, la radicalité et la fonctionnalité des manœuvres effectuées. Toutes les vagues de tous les concurrents sont notées et les refus de priorité pénalisés.

L’importance des priorités

Des règles de priorités ont été instaurées dans toutes les manches des compétitions. Le surfeur qui a la priorité, a tous les droits de passage sur la vague sélectionnée quelle que soit sa direction (gauche ou droite). Le rider sans priorité ne peut pas partir sur la même vague que celui qui est prioritaire. S’il gêne son adversaire il obtiendra un 0 des juges de compétition. Au début de la session, une fois que la première vague a été surfée, le premier surfeur à atteindre des balises gagne une priorité automatiquement, qui est indiquée par des disques de couleurs sur le site de l’événement.

Sans ces mesures, les surfeurs n’auraient aucune règle dans l’eau, sauf celle de se battre pour gagner. Cette réglementation leur permet de se concentrer davantage sur leurs performances et d’offrir un meilleur spectacle au lieu d’enchaîner des vagues sans gestes techniques et enchaînements. Enfin, ce système de priorité permet aux surfeurs de devenir beaucoup plus sélectifs quant au choix de vagues pour scorer un maximum de points et accéder au round suivant. Cette mesure de priorité ne s’applique que pour les face à face.

Le circuit mondial de surf est rythmé, au cours de l’année, par de nombreux évènements plus ou moins importants. Ces compétitions permettent aux surfeurs de s’affronter pour donner le meilleur de leur surf et espérer accéder à la finale pour remporter le trophée.

Parmi les surfeurs de renom, Kelly Slater fait figure de légende en devenant le plus jeune champion du monde en 1992 mais aussi le plus titré et le plus vieux à obtenir ce titre, en exerçant jusqu’en 2011. Son plus féroce adversaire fût Andy Irons dont la carrière s’arrêta prématurément à 32 ans.

EJ

Vous pouvez déposer votre article ici

Laissez-nous vos coordonnées et nous prendrons contact dans les plus brefs délais